5 clés pour un Mariage Heureux

Vous êtes ici

5 clés pour un Mariage Heureux

Peu de temps après leur première rencontre, Bill et Maria tombèrent éperdument amoureux. Ils ne pensaient pas au mariage ni à ses responsabilités. Ils avaient conscience de l’importance d’une éducation, d’un emploi stable et savaient que le mariage changerait complètement leur vie.

Très vite, ils se retrouvèrent devant M. le Maire, dans une salle pleine de parents et d’amis rassemblés dans l’attente de ce joyeux événement. Le cadre était surréaliste alors que les paroles de la cérémonie nuptiale flottaient dans l’air.

Ce qu’ils savaient, ou pensaient savoir, c’est qu’ils allaient passer le reste de leur vie ensemble dans un océan de béatitude. À ce moment précis, ils se prélassaient dans des sentiments enivrants qui, pensaient-ils seraient à jamais le moteur de leur mariage.

Ils entendirent les mots de M. le Maire : « Voulez-vous, Maria, prendre cet homme, Bill, pour votre époux légitime ...? » « Et vous Bill, voulez-vous prendre cette femme, Maria, pour votre épouse légitime ? ... »

Puis cette phrase également : « Je vous déclare mari et femme ! Vous pouvez embrasser la mariée. » Des « Ho ! » Et des « Ha ! » remplirent la salle comme si, à travers cet interlude romantique, les couples mariés, revivaient leurs propres cérémonies de mariage, maintenant dans le passé. Bill et Maria s’enlacèrent tendrement, s’embrassèrent, se sourirent l’un à l’autre et commencèrent avec entrain à remonter l’allée, entourés d’amis leur souhaitant tous leurs vœux de bonheur.

Pendant au moins six mois, Bill et Maria étaient sur un petit nuage. Lentement, ils commencèrent à éprouver ce que tous les couples affrontent — la familiarité. Ils commencèrent à voir les défauts de l’autre, à subirent les pressions qu’exigent leur travail et leur famille. Ils oublièrent quelques principes importants qui aident à rendre un mariage heureux.

Passons directement au 10e anniversaire

À leur 10e anniversaire de mariage, Bill et Maria étaient plus heureux qu’ils ne l’avaient jamais été. Ils passaient de bons moments ensemble, sortaient en amoureux et se témoignaient de l’amour et du respect mutuels. Mais jetons un regard sur la situation, deux ans auparavant.

Deux ans plus tôt, leur mariage battait de l’aile, ils envisageaient la séparation et le divorce était considéré. Heureusement, le fait qu’ils aient deux enfants, âgés de 7 et 5 ans, leur fit reconsidérer cette solution. Ils acceptèrent tous les deux de recevoir des conseils matrimoniaux et de travailler sur leurs désaccords.

Bien que la situation ne se soit pas améliorée du jour au lendemain, ils commencèrent à travailler sur leur vie de couple, surtout à cause de leurs enfants. Ils commencèrent à réaliser qu’il existe certaines clés permettant d’ouvrir la porte à un mariage plus heureux et ils se rendirent compte qu’une union et une vie comblées demandent des efforts. Ils commencèrent véritablement à agir afin d’être plus heureux.

Renverser la situation

L’usure, l’influence de l’égoïsme, le désir de toujours avoir raison, le fait de chercher les faiblesses de l’autre plutôt que ses forces — toutes ces choses sont les subtils ennemis d’un mariage heureux. Un jour, Bill et Maria se sont réveillés et ont réalisé qu’ils pourraient et devraient agir pour préserver leur mariage. Chacun accepta ses propres responsabilités envers l’autre et fit en sorte que leur union fonctionne.

Pourquoi certains mariages renaissent-ils et parviennent à durer tandis que d’autres s’effondrent dans ce qui semble être un vortex inévitable de misère, de séparation et de divorce ? Comment pouvez-vous surmonter les nombreux ennemis naturels d’un mariage heureux ?

Dans cet article, nous allons explorer cinq clés qui peuvent vous aider à obtenir un mariage heureux. Les unions heureuses se travaillent, elles ne se font pas toutes seules. Ces cinq principes oeuvrent en votre faveur, si vous les mettez en pratique. Vous pouvez vaincre les ennemis communs d’un mariage heureux.

1. Réalisez que le vrai amour est plus que de la chimie ou une passion passagère

Une des plus grandes erreurs que deux personnes font, en particulier si elles sont jeunes, est de confondre une passion de courte durée avec l’amour véritable. La passion est une alchimie forte, ou un puissant cocktail d’amour, qui rassemble un homme et une femme. Le véritable amour n’est pas un sentiment sexuel qui exige tout à coup d’être satisfait ou un désir romantique d’être avec une personne.

Ces sentiments ne représentent pas le vrai amour, bien qu’ils soient un élément présent dans les diverses étapes qui amènent à l’ultime et véritable amour. Dieu a créé l’impulsion sexuelle et l’attraction mutuelle entre un homme et une femme. Ce cocktail d’amour aide et fait que les hommes et les femmes s’attirent.

Quand un homme et une femme se rencontrent et deviennent tout à coup inexplicablement rêveurs et euphoriques, ils connaissent la passion, une condition amoureuse commune à la plupart des couples à un certain moment de leur vie.

Dans son livre « The Truth About Love » (2001), le Dr Pat Love, thérapeute et conseiller en relations familiales et maritales, traite des différences entre la simple libido, la passion et le vrai amour :

« Dès le départ, il est important de distinguer la passion de la libido, qui est tout simplement le désir de satisfaction sexuelle. Les humains peuvent ressentir le besoin de rapports sexuels avec une personne sans avoir d’inclinations romantiques. Lorsque vous êtes stimulé, n’importe quel partenaire peut simplement vous apporter un « soulagement » sexuel.

« La passion est différente. Vous pouvez être attiré par un certain nombre de personnes, mais seulement épris d’une à la fois. La passion se caractérise par une attention focalisée sur un partenaire spécifique. Lorsque vous êtes épris d’une personne, elle seule provoque en vous ces sentiments d’amour « euphoriques ».

« La passion n’est que le premier stade de l’amour. Ne pensez pas que cette surtension temporaire soit une condition permanente et ne la confondez pas avec le vrai amour. » (pp. 27, 31)

Le véritable amour commence après cet état d’extase, lorsque la nouveauté s’estompe et que la familiarité s’installe. Certains conjoints deviennent confus à ce stade et supposent à tort qu’ils ont choisi la mauvaise personne. En fait, c’est à ce moment précis de la relation que la réalité du vrai amour peut s’installer. C’est un processus commun à toutes les relations conjugales.

Pourquoi certains mariages renaissent-ils et parviennent à durer tandis que d’autres s’effondrent dans ce qui semble être un vortex inévitable de misère, de séparation et de divorce ?

Le Créateur a fait que deux personnes s’attirent grâce à la chimie normale du corps. À partir de ce moment, le mari et la femme doivent commencer à oeuvrer réellement pour la réussite de leur mariage. Le véritable amour provient de la sagesse, de l’expérience et il se préoccupe de l’autre personne. Il existe quand des époux s’installent dans une relation partagée où chacun d’entre eux donne de lui-même à son partenaire et à son mariage.

2. Répondez gentiment

Cela peut sembler banal de nos jours, mais la courtoisie et la gentillesse y contribuent beaucoup. Les époux peuvent certainement améliorer leur relation en répondant courtoisement aux souhaits de l’autre.

(On pourrait penser le contraire au vu des médias modernes qui fixent notre attention sur des relations différentes et souvent étranges en tentant d’influencer le spectateur avec des idées « modernes » et non bibliques du mariage.)

Bien qu’il y ait plusieurs manières de se répondre gentiment entre mari et femme, nous en citerons seulement trois : « S’il te plaît », « excuse-moi » et « merci ». Cela vous paraît-il simple ? Ces mots sont simples, mais ils sont souvent difficiles à prononcer.

S’il te plaît. Un mari peut s’imposer en tant que chef de famille, mais s’il le fait, il court le risque d’étouffer sa femme et ses enfants. Ils peuvent honorer ses demandes, mais au fond d’eux-mêmes, ils pourraient avoir du ressentiment envers lui. Les gens réagissent mieux si vos demandes sont suivies ou précédées de « s’il te plaît ».

Les femmes semblent plus prédisposées à dire « s’il te plaît » que les hommes, peut-être parce qu’elles ont tendance à être plus maternelles, Dieu les ayant conçues ainsi. Mais qui que ce soit, hommes ou femmes, si vous voulez que votre conjoint réponde favorablement à votre demande (« s’il te plaît » implique une demande et non un ordre), ajoutez « s’il te plaît ». Cela fera des merveilles pour votre couple, vous pourriez même obtenir ce que vous demandez !

Excuse-moi ! Quand vous vous excusez auprès de votre partenaire du fait que les choses ne se soient pas bien passées lors de votre dernière discussion, vous faites immédiatement preuve de sensibilité, d’attention et de respect envers lui ou elle. Cela suppose, bien sûr, que vous le pensiez et qu’il ne s’agisse pas simplement de mots pour faire effet, de manière à manipuler ou contrôler votre conjoint.

La sagesse conventionnelle nous dit que le fait de prononcer les mots « excuse-moi » à son conjoint ne peut qu’encourager son comportement égoïste. Cela pourrait être vrai. Mais même si cela est le cas, le fait de vous excuser vous permet d’avoir l’esprit tranquille et d’établir un bon exemple pour celui qui ne partage pas les mêmes sentiments. Certaines personnes ont tout simplement beaucoup de difficultés à admettre qu’ils ont eu tort.

Considérez ceci : deux torts n’ont jamais fait une raison, et nul ne peut avoir raison chaque fois qu’un désaccord survient. Si l’un des conjoints essaie de suivre les recommandations bibliques suite à un désaccord, ce conjoint en question essaie de procurer la paix. Or, Dieu aime ceux qui procurent la paix — ils hériteront la terre en tant qu’enfants de Dieu ! (Matthieu 5:5 Matthieu 5:5Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre!
Louis Segond×
Matthieu 5:9 Matthieu 5:9Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu!
Louis Segond×
).

La paix ne vient pas naturellement. Elle doit être délibérément recherchée, ayant Dieu à l’esprit : « Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix. » (Jacques 3:18 Jacques 3:18Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix.
Louis Segond×
) Vous ne regretterez jamais d’avoir présenté des excuses à celui ou à celle que vous aimez. Cela vous amènera la paix, vous rendra plus heureux et aidera votre conjoint.

Merci. Un autre mot gentil qu’un couple marié peut généreusement se dire l’un à l’autre est tout simplement : « merci ». Combien de fois par jour avons-nous cette possibilité ? Permettez-moi de les compter. Quand vous dites « merci », pensez-le sincèrement. Il y a peu d’actions plus gratifiantes qu’il soit possible d’accomplir que celle qui consiste à faire preuve d’une attitude véritablement reconnaissante, surtout envers son conjoint.

Les plus grandes récompenses sont souvent issues des plus petites choses de la vie. Les gens réagissent très bien à une personne qui les remercie pour ce qu’ils ont fait ou font. Parfois, les gens préfèrent entendre un « merci » plutôt que de recevoir de l’argent, aussi étrange que cela puisse paraître. Nous avons besoin d’être appréciés et respectés.

Quand votre femme nettoie la cuisine, n’oubliez pas de lui dire « merci ». Quand elle lave vos vêtements, n’oubliez pas de dire « merci ». Quand elle prépare un repas, n’oubliez pas de la remercier. Quand elle travaille dur pour aider à subvenir aux besoins de la famille, dites-lui « merci ».

Remerciez votre mari quand il tond la pelouse. Dites-lui « merci » quand il fait les courses. S’il vous aide à mettre ou débarrasser la table, remerciez-le. Quand il fait quelque chose de spécial ou d’amusant pour toute la famille, dites-lui « merci ».

Dieu aime la gratitude. Être véritablement reconnaissant aide les autres à nous aimer et à nous respecter. Être reconnaissant à Dieu pour Ses nombreux dons aide à garantir la vie éternelle. Nous ne pouvons pas traverser cette vie sans Dieu et sans chacun de nous. Nous avons tous besoin d’aide, et cela vient des autres.

Une attitude de gratitude est importante dans nos vies et elle l’est encore plus dans nos mariages. Merci de considérer cette pensée. Montrez à votre conjoint que vous vous souciez de lui et répondez-lui gentiment.

3. Assurez-vous que votre communication veule bien dire : « Je suis attentif »

Montrez-vous de l’intérêt envers votre conjoint lorsque vous communiquez avec lui ? Cela peut vous sembler banal et vous pourriez rejeter cela sans aucune considération. Ce serait une grosse erreur. Une bonne communication avec votre partenaire montre que vous l’écoutez, que vous faites preuve de respect.

De bonnes habitudes de communication font des mariages heureux. Votre compagnon vous aimera pour votre écoute et pour votre empathie à le comprendre.

Lorsque votre conjoint vous raconte quelque chose, essayez de ne pas l’ignorer. Prenez plutôt le temps de faire preuve d’un intérêt délibéré envers ce qu’il vous dit, ce qui est important pour lui. De plus, il n’y a rien de mal à ce que la personne qui écoute pose des questions sur ce qui est dit afin de clarifier ce qu’elle comprend. C’est simplement une question d’avoir une conversation bonne et constructive.

Valider les sentiments de l’autre est également un outil très utile. Je réponds souvent avec « je vois ce que tu veux dire » ou « je prête bien attention » ou bien encore, « je comprends ». Parfois, je dis : « Peux-tu me donner plus de détails à ce sujet ? » pour l’encourager à exprimer pleinement ses sentiments. Ce sont des marques importantes de respect et d’altruisme envers notre conjoint.

De bonnes habitudes de communication engendrent des mariages heureux.

Votre conjoint vous aimera pour votre écoute et pour votre empathie à le comprendre.

Votre mariage sera plus solide si votre communication exprime ceci : « Je me soucie de toi, tu es important(e) pour moi. » Assurez-vous que votre communication indique clairement que vous vous souciez de votre partenaire.

4. Permettez à votre mariage de mûrir

La Bible parle de manière claire et ferme de la façon dont nous devons mûrir, et de la patience qu’elle demande. En revanche, à cause de notre nature égoïste, nous cherchons souvent une gratification instantanée. Pourtant, la patience a un travail parfait à effectuer si nous choisissons volontairement de lui permettre de dominer notre vie — ce que nous devrions faire !

Êtes-vous comme cette personne qui demandant beaucoup de choses à Dieu, ajoute : « Dieu, donne-moi de la patience, mais donne-la-moi immédiatement ! » Presque tout le monde sait que la patience ne vient pas du jour au lendemain. Elle se développe tout au long d’une vie remplie d’expériences, avec des hauts et des bas. Nous apprenons la patience par la foi et l’espérance en Dieu, fondées sur Ses promesses.

Il n’y a pas de meilleure ou de plus critique situation pour développer la maturité par la patience qu’au sein du mariage. Quand un homme et une femme se rencontrent et que les étincelles commencent à jaillir, la patience est la dernière chose à laquelle ils pensent. Plus tard, quand les étincelles retombent, elles peuvent nous brûler les doigts (1 Corinthiens 3:13-15 1 Corinthiens 3:13-15 [13] car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu'est l'oeuvre de chacun. [14] Si l'oeuvre bâtie par quelqu'un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. [15] Si l'oeuvre de quelqu'un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu.
Louis Segond×
). En d’autres termes, si nous ne parvenons pas à reconnaître l’importance de la patience nécessaire pour avoir un mariage heureux, celui-ci n’atteindra pas sa maturité selon les intentions divines.

Malheureusement, la plupart des couples ne prennent pas en considération le besoin de maturité pour leur mariage. Ils supposent simplement qu’ils surferont toujours sur la vague de la passion. Ils ne réalisent pas ou n’acceptent pas que lorsque le sentiment de nouveauté se dissipe, la réalité survient. Dans environ 50 pour cent des mariages, les conjoints refusent de faire face à la vérité. La réalité du mariage représente la vérité relative à des relations plus heureuses : cela demande une attitude qui consiste à faire de bons compromis, ou chacun donne et reçoit plutôt que de chercher uniquement à obtenir.

Dieu invite à la patience : « Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. » (Jacques 1:4 Jacques 1:4Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.
Louis Segond×
) La patience qui arrive à maturité sait faire face à toutes les situations inconfortables, bien que ceci ne soit pas aisé, surtout quand vous avez été maltraité. Avec l’aide de Dieu, vous et moi pouvons apprendre à laisser la patience accomplir parfaitement son oeuvre en nous.

Saviez-vous que vous avez été créé et conçu pour avoir un mariage heureux ? Dieu nous a créés pour que nous nous soumettions mutuellement l’un à l’autre.

Ne soyez pas gouverné par le désir d’une gratification instantanée. Dieu veut que nous apprenions à faire preuve de patience envers notre conjoint. Permettez-lui de devenir votre meilleur ami. Démontrez-vous un respect mutuel. Soyez patients. Permettez à votre mariage de mûrir.

5. Efforcez-vous de raviver votre mariage

J’ai vu des unions se réparer et se restaurer et pourtant, elles semblaient se diriger droit vers le divorce. Un couple en particulier, nous allons les appeler George et Ellen, supposait que le divorce était la seule solution et que leurs anciens sentiments d’amour étaient flétris et irréparables.

Les entretiens personnels que j’ai eus avec eux commencèrent avec une petite conversation banale au sujet de la météo, des nouvelles, des petites choses comme celles-ci. Puis nous avons commencé à parler du nombre de leurs années de mariage, de ce qui les avait réunis, de leurs enfants, de leurs emplois, de leurs familles et amis éloignés. Cela prit un certain temps, mais plus nous avancions dans la communication et plus ils commencèrent à se détendre. Nous avons continué la conversation en recherchant des goûts communs.

Ensuite, nous avons abordé l’époque où ils étaient amoureux et où ils arrivaient facilement à s’entendre — le comment et le pourquoi de cette époque leur revinrent en mémoire. Après avoir évoqué les jours heureux, nous avons commencé à aborder les moins bons moments lorsqu’ils commencèrent à être en désaccord l’un avec l’autre. Bien que ceci ne fût pas une situation confortable pour eux, ils parlèrent ouvertement des raisons de leur désaccord.

Leur communication interactive commença à montrer comment la familiarité s’était installée. Ils avaient commencé à prendre l’autre pour acquis. Plus de roses. Elle ne l’accueillait plus à la porte. Il ne lui préparait plus le lit, le soir avant d’aller se coucher. Plus de petit déjeuner et de conversation ensemble tous les matins.

Plus de câlins et de baisers. On ne se tient plus la main. On ne s’assoit plus l’un à côté de l’autre sur le canapé, en regardant la télévision ou en lisant un livre. Plus de mots gentils exprimés chaque jour, tels que « je t’aime chéri(e) », « bonne journée ! » ou « je t’appellerai pour savoir comment s’est passé ta journée. »

Enfin, je leur ai demandé d’écrire une chose qu’ils aimeraient voir changer chez leur conjoint et le pourquoi de cette demande. Je leur ai demandé également de se réserver du temps une fois par semaine, comme ils le faisaient avant leur mariage, car une partie de leur crainte portait sur le fait qu’ils n’avaient plus de temps l’un pour l’autre : pour lui, son travail l’absorbait complètement, pour elle, les enfants et le ménage l’accaparaient.

L’entretien suivant fut remarquable ! Ils vinrent avec une attitude totalement différente, ils étaient détendus, souriants et plaisantaient. Je fus très encouragé.

Ils commencèrent à se réserver du temps une fois par semaine, et avant qu’ils ne s’en aperçoivent, ils se sentirent plus heureux qu’ils ne l’avaient jamais été depuis des années. Ils commencèrent à aimer la compagnie de l’autre. George et Ellen ravivèrent leur mariage !

Vous avez été conçu pour avoir un mariage heureux !

Saviez-vous que vous avez été créé et conçu pour avoir un mariage heureux ? Dieu nous a créés pour que nous nous soumettions mutuellement l’un à l’autre. Au sujet de la femme, Il a dit que son désir allait se tourner vers son mari (Genèse 3:16 Genèse 3:16Il dit à la femme: J'augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.
Louis Segond×
). Pour le mari, Dieu dit que son désir de prendre soin de sa femme doit ressembler aux attentions de Jésus-Christ envers l’Église (Éphésiens 5:25-28 Éphésiens 5:25-28 [25] Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle, [26] afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau, [27] afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. [28] C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
Louis Segond×
).

Prenez conscience et rappelez-vous que la première étape vers le mariage est la chimie du « cocktail d’amour » donnée par Dieu, suivie de la passion et du sentiment d’être complètement captivé. Après cela, le véritable amour peut commencer.

Vous ne pouvez pas obtenir un amour véritable sans être passé premièrement par ces étapes : la chimie, la passion et le sentiment d’être captivé par l’autre. La troisième étape ici représente « la période de la réalité », le temps que Dieu nous a donné pour ajouter le respect à l’amour. Ces cinq principes pour une union heureuse — ou plus heureuse — valent véritablement la peine que vous fassiez des efforts pour les mettre en pratique. Ils contribuent largement à la félicité conjugale. Cela est tout à faire réalisable !

En effet, le véritable amour, intelligent, sensible et parfois rigoureux, dans cette vie est la base de l’objectif ultime du mariage que Dieu a conçu pour toute l’humanité, maintenant et à jamais !