A propos du grand amour

Vous êtes ici

A propos du grand amour

Pour autant que cela vous fasse plaisir, et tant que vous ne faites de mal à personne, pourquoi pas ?, dit on souvent. Ce sage conseil s'appuie sur nos émotions, et non sur la logique. On tient souvent compte de ce genre de déclaration, sans vraiment y réfléchir.

On parle souvent d'amour. Cet amour en question est-il un mélange du régal de la vue et du vrombissement d'un coeur qui bat la chamade ? Est-ce là l'euphorie ressentie quand on tombe amoureux ?

Si ces réactions physiques décrivent fort à propos l'amour, (le vrai), comment se fait-il qu'il y ait autant de divorces ? Un coup de foudre ne pourrait-il pas sceller notre mariage « jusqu'à ce que la mort nous sépare » ? Le taux effarant des divorces en Occident indique que le grand amour est loin de se limiter à une succession naturelle de réactions émotionnelles éphémères.

Le mariage dans les films

Parlons des films. Il y a quelques années, le film Les ponts du comté de Madison nous a été présenté comme l'histoire d'amour du siècle. Cette publicité plutôt aberrante montre à quel point, aux yeux de bien des gens, l'amour est au rendezvous quand deux êtres se rencontrent ainsi clandestinement.

La production en question semblait satisfaire un public qui, de l'avis des magnats du spectacle a bien plus envie de tomber amoureux que de le rester. Le film prend en outre en défaut cette société naïve qui raffole de ce genre de productions. Il est à présent bien difficile de trouver un film dans lequel on décrit la rencontre de deux êtres qui s'aiment, et qui atteignent ensemble une heureuse vieillesse, scénario généralement étranger à la réalité.

Les personnes cherchant à se marier ont, tout comme les couples, besoin de savoir ce qu'est l'amour. En fait, connaissez-vous la définition de ce dernier, de cet ingrédient présent dans tout mariage heureux ?

Vos connaissances sur l'amour

Nous vous invitons à lire ce petit questionnaire, tiré du livre du Dr Pat Love, The Truth About Love (2001, p 18-19). Il suffit d'indiquer vrai ou faux en face de chaque déclaration. Que vous en semble ?

L'amour est-il un mélange du régal de la vue et de ce coeur qui bat la chamade ? Connaissezvous la définition du grand amour, du genre d'amour présent dans tout mariage heureux ?

Les couples heureux et stables
- ne se disputent jamais
- ne dépendent pas l'un de l'autre
- ont la même libido
- ne se mettent jamais en colère
- ont tous leurs besoins satisfaits
- partagent les responsabilités moitié/moitié
- ne souffrent jamais de solitude
- sont toujours d'accord
- ont les mêmes idées - ne s'ennuient jamais
- savent toujours ce que veut l'autre
- résolvent tous leurs problèmes Pensez-vous avoir bien répondu ? La réponse à toutes ces questions est : faux ! Cela vous surprend-t-il ? Poursuivez votre lecture ; et tâchez d'être plus réalistes que bien des gens.

Les composantes clefs du grand amour

Parmi les nombreux ouvrages utiles sur l'amour et le mariage, nous avons choisi celui, bien informé, duquel le petit examen ci-dessus a été tiré. Dans ce dernier, le Dr Love ne se contente pas de faire des constatations courantes sur les couples ; elle inclut des conseils physiologiques et psychologiques propices à faire mûrir l'amour.

En voici plusieurs composantes : « Nous savons que l'amour requiert principalement trois éléments : une certaine chimie, la compatibilité et l'engagement » (p. 20).

Cette chimie dont nous parlons, la plupart des amoureux la possèdent. En revanche, leur relation est généralement si brève qu'ils n'ont pas le temps de découvrir s'ils sont compatibles ou non, et s'ils sont suffisamment impliqués ou engagés. D'après les recherches du Dr Love, le couple devrait traverser progressivement plusieurs phases permettant de s'épanouir, de réellement connaître l'amour au sens propre du terme. Tâchons de découvrir de quoi il s'agit, afin de pouvoir appliquer ces précieux conseils dans nos unions.

Des fausses conceptions courantes

Tout mariage connaît des défis. La plupart d'entre eux sont normaux, prévisibles, et propres à toutes les unions, pour autant que l'on tienne compte des différences entre les sexes, les cultures, les ethnies et l'hérédité. Nier l'existence de ces défis, c'est se méprendre sur les différences humaines fondamentales, car non seulement les hommes et les femmes ont des différences notoires, mais il existe en outre chez les deux sexes divers facteurs physiologiques et psychologiques.

Avant le mariage, on pense souvent qu’une fois qu’on est tombé amoureux, on le demeure. Or, l'amour n'est pas un fait acquis. C'est un périple dynamique, continuel, de toute une vie.

Aucun mariage ne peut être heureux sans sacrifices, et si l'on ne se rend pas réciproquement service. On renonce parfois à une bonne relation pour ensuite s'apercevoir que les faiblesses inhérentes à la première séparation refont surface.

Dès qu'une personne se dévoue pour son conjoint, les rapports du couple s'améliorent automatiquement. Néanmoins, pour qu'un mariage soit heureux, les deux conjoints doivent faire leur part.

Votre mariage n'est guère différent des autres. Toutes les unions ont des hauts et des bas ; aucune d'elles n'est parfaite, mais tout mariage peut être perfectionné chaque jour un peu plus, et ce sera le cas si les deux époux apportent quelque chose à la relation conjugale.

Quand nous sommes amoureux

L'ingrédient de base de l'amour, c'est la « chimie » liée à ce dernier. C'est ce qui fait que deux êtres se sentent attirés l'un vers l'autre, mais dans un bon mariage, il y a plus que cela. « Quand on étudie les cultures où les mariages sont les moins stables, où le taux des divorces est le plus élevé, on y retrouve l'attirance comme seul critère pour se marier » (Love, p. 37).

Quand on a le coup de foudre, n'a-t-on pas tendance à s'emballer, à s'admirer ? S'engouer, c'est « se prendre d'une passion ou d'une admiration aussi excessive que passagère pour quelqu'un ou quelque chose » (Petit Robert). Et le coup de foudre, c'est de l'engouement !

Contrairement à la croyance générale, il n'y a rien de magique à tomber amoureux. L'engouement est quasi universel. Nul n'en a l'exclusivité. Des recherches relativement récentes ont révélé toutes sortes de renseignements qui démystifient la potion amoureuse et nous aident à en savoir plus sur ce sujet.

Le Dr Love explique les processus neurobiologiques et psychologiques impliqués dans ce qui pourrait être appelé la chimie de l'amour et établissant des différences : « Pour commencer, il importe d'établir la distinction entre l'engouement et l'instinct, qui se traduit par la recherche d'assouvissement sexuel », écrit-elle. Elle ajoute : « Il arrive que des personnes aient envie d'avoir un rapport avec quelqu'un, sans pour autant se sentir romantiquement attirées par l'objet de leur désir ».

Quand il s'agit d'engouement, comme dans le coup de foudre, c'est différent. Les expériences du Dr Love ont révélé que « vous pouvez vous sentir attiré par plusieurs personnes, mais n'avoir de vraies émotions que pour une seule. Qui dit coup de foudre ou « engouement dit un intérêt vif et soutenu pour un seul partenaire. Quand vous tombez amoureux de quelqu'un, seule cette personne est en mesure de vous procurer ces sentiments d'euphorie typiques du grand amour (p. 27).

L'engouement, au départ, n'est pas sexuel. Nous possédons tous une puissante potion d'émotion. L'engouement déclenche une sorte d'euphorie, un état second provoqué par ce que les neurobiologistes appellent la PEA, ou phényléthylamine. Cette dernière, véritable molécule de l'amour agit de concert avec la dopamine et la norépinéphrine (deux hormones), procurant de puissants effets secondaires.

« Les symptômes [de cet état second] comprennent une attitude délicieusement positive, un regain d'énergie, un besoin réduit de sommeil, une perte d'appétit » (p. 29). Les personnes amoureuses sont dans cet état.

Il est à noter que cette molécule de l'amour doit être puissante pour neutraliser l'amygdale, portion du cerveau liée à la crainte et aux émotions. Notre système neurobiologique comporte l'amygdale pour nous avertir de ne pas agir de manière insensée.

L'amour conjugal n'est pas un fait acquis. C'est un périple dynamique, continuel, de toute une vie.

« L'engouement, lorsqu'il frappe dans toute sa force, ne connaît pas la peur », écrit le Dr Love. « Les chercheurs estiment que dans le cas d'une attirance suffisamment intense, nos treillis nerveux deviennent imbibés d'amphétamines naturelles. L'activité fébrile des neurones de l'amoureux le rend intrépide à l'extrême, et optimiste au point d'en être inconscient.

« Pas étonnant qu'il ait tendance à chasser de son esprit les traits alarmants de l'autre ! Vous avez beau lui rappeler gentiment que l'objet de son désir est un(e) alcoolique, a perdu son emploi trois fois de suite au cours des derniers mois, ou vient de divorcer, il vous répondra « Nous résoudrons le problème ! » L'adversité ne fera qu'intensifier l'effet des drogues de l'amour car la PEA coule dans ses veines, intensifiée par le danger, la peur et le risque » (p. 29-30).

L'activité sexuelle entre en scène lorsque la PEA, la dopamine et la norépinéphrine font leur effet. « Cette délicieuse surexcitation nous rend dangereusement enclins à prendre des décisions que nous risquons de regretter plus tard. Il importe donc de comprendre que l'attirance n'est que la phase initiale de l'amour. Ne confondez pas ce regain soudain d'énergie avec un état permanent ou avec le grand amour.

La « chimie de l'amour » nous place sur la voie du véritable amour en ce que nous nous sentons attirés vers une autre personne. Néanmoins, c'est la compatibilité qui nous amène à une condition plus permanente.

La compatibilité de l'amour : la durabilité de la relation

La chimie est « la force qui vous met en contact avec un partenaire génétique adéquat et qui vous procure du plaisir et de la tendresse amoureuse », explique le Dr Love. « La compatibilité soutient la relation au fil des années et donne du piquant à votre vie quotidienne par une amitié de coopération » (p. 110). Si l'on parle d'étapes progressives, on peut dire que le couple ajoute une union efficace à une relation romantique, en appliquant la valeur de la compatibilité.

Un couple hautement compatible consiste en un homme et une femme qui s'entendent bien. La gentillesse et le respect caractérisent ce genre d'union dans laquelle l'homme et la femme sont toujours disposés à remplacer les communications négatives par des actions positives.

Leur compatibilité et leur amitié dominent. En général, il s'agit, au début, de deux bons amis dont l'amitié se transforme, au fil du temps, en amour.

Ils se parlent souvent et se confient souvent l'un à l'autre, rient souvent ensemble, pratiquement tous les jours. Ce sont de grands amis qui enrichissent leur amitié de la chimie de l'amour, en étant romantiques.

« Il ne fait aucun doute que la compatibilité est à la base du grand amour. Des enquêtes, et le bon sens, révèlent que le fait d'être gentil, affable, amical, positif, sympathique, de ne pas hésiter à s'excuser, et d'avoir de bonnes manières, est le meilleur investissement pour ce qui est d'améliorer son foyer » (p. 125). L'étape suivante, pour un couple qui est compatible, est de s'engager.

L'engagement, satisfaction d'une relation permanente

Les couples profondément engagés chérissent leur union et savourent le style de vie accompagnant une relation permanente. De plus, ils se lient facilement aux belles familles et à la communauté (p. 125). Ces partenaires veulent passer pour un couple engagé et aiment à être vus ensemble. Les couples profondément engagés ont souvent des enfants et pensent que l'éducation de ces derniers fait partie de leur relation.

Comme il fallait s'y attendre, quand un couple ayant la chimie de l'amour, étant compatible mais n'étant pas engagé, a des enfants, la relation, naturellement, diminue en intensité. Par contre, la satisfaction conjugale est plus élevée chez les couples profondément engagés, du fait de l'addition des enfants à la famille. Les partenaires profondément engagés aiment la famille, et ils sont toujours disposés à inclure d'autres personnes dans leur relation.

Évidemment, il existe plusieurs engagements. Il y a celui qui dure « jusqu'à ce que la mort nous sépare ! », et il y a celui qui se consacre à l'amélioration de la relation.

Il va sans dire que l'engagement des époux donne des résultats quand ceux-ci s'engagent réciproquement. « Nul parmi nous n'est assez parfait pour mériter quotidiennement un dévouement inaltérable », explique le Dr Love. « Il faut qu'il existe un engagement envers quelque chose de plus grand. L'engagement envers le mariage prend la relève là où cesse celui envers la personne. L'engagement envers la relation transcende les hauts et les bas de l'amour » (p. 128).

Le Dr Love donne quatre principes aidant à définir ce que nous attendons de l'amour.

Soyez clair. Le dialogue joue un rôle majeur dans toute relation conjugale saine et réussie. Communiquez clairement, évitant les suppositions et les abstractions. Si vous voulez que votre partenaire sache ce que vous pensez, soyez précis. Soyez clair. Précisez ce à quoi vous vous attendez.

Soyez réaliste. Quand l'un des conjoints s'attend à ce que l'autre ressente, pense et parle comme elle (ou lui), ce n'est pas réaliste. Les contraires s'attirent, mais pourquoi trop exploiter une bonne chose en niant la réalité ? Les époux qui sont réalistes entre eux ont un mariage plus solide et un meilleur climat conjugal. Quand nos attentes ne sont pas réalistes, nous devenons déçus au niveau conjugal.

Soyez malléable. Si nous voulons que notre mariage dure, nous devons comprendre que, dans le mariage, rien n'est plus permanent que le changement. Néanmoins, quiconque est malléable avec son conjoint est disposé à modifier sa manière de dialoguer. Le mari ou la femme malléable honore et respecte les besoins de l'autre.

Soyez équitable. Les partenaires conjugaux qui sont équitables sont raisonnables, eu égard à ce qu'ils attendent de la part de l'autre. Le sacrifice et le service sont des éléments clefs de l'équité. La recherche de la satisfaction personnelle égoïste nuit considérablement au bonheur conjugal. Établissez la confiance et l'amour dans votre union ; soyez équitable.

Le grand amour en question

La langue grecque, dans laquelle le Nouveau Testament a été écrit, se sert de plusieurs mots pour décrire ce qu'on appelle en français l'amour. Elle utilise, entre autres, les mots éros, philia et agapé.

L'éros (duquel est tiré le mot érotique), c'est l'amour sexuel. Ce mot ne se trouve nulle part dans le Nouveau Testament.

Philia, c'est l'amour fraternel, comme dans Philadelphie, mot signifiant ville de l'amour fraternel. Il décrit une affection sincère. Dans le Nouveau Testament, par exemple, Jésus éprouvait ce genre d'affection pour l'apôtre Jean et pour Lazare.

Mais la forme la plus noble de l'amour, c'est l'agapé. Ce genre d'amour est cérébral. Il surpasse nos émotions et inclut les principes sur lesquels nous basons notre manière de vivre. On pourrait dire que l'agapé, c'est la charité, le genre d'amour que, d'après Jésus nous devons avoir pour tous les êtres humains, y compris nos ennemis (Matthieu 5:43-48 Matthieu 5:43-48 [43] Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. [44] Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, [45] afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. [46] Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n'agissent-ils pas de même? [47] Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les païens aussi n'agissent-ils pas de même? [48] Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.
Louis Segond×
). Ce type d'amour désintéressé, bienveillant, est un don de Dieu.

Dieu est l'Auteur de ce véritable amour, et quand la Bible parle de l'amour de Dieu, c'est d'agapé dont il est question.

La description faite par l'apôtre Paul dans I Corinthiens 13:4-8 définit le vrai grand amour : « L'amour [agapé] est patient, il est plein de bonté ; l'amour n'est point envieux ; l'amour ne se vante point, il ne s'enfle point d'orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche point son intérêt, il ne s'irrite point, il ne soupçonne point le mal, il ne se réjouit point de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité ; il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L'amour ne périt jamais ».

Le Tout-Puissant communique Son véritable amour divin aux êtres humains qui le veulent réellement, et qui s'adressent à Lui pour le recevoir. Une personne ne peut recevoir le don divin du vrai grand amour que par Le Saint-Esprit. « Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous. Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu'il demeure en nous, parce qu'il nous a donné de son Esprit » (1 Jean 4:12-13 1 Jean 4:12-13 [12] Personne n'a jamais vu Dieu; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous. [13] Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu'il demeure en nous, en ce qu'il nous a donné de son Esprit.
Louis Segond×
).

Dieu ne communique Son Saint-Esprit qu'à ceux qui sont disposés à Lui obéir. « Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent » (Actes 5:32 Actes 5:32Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.
Louis Segond×
). Ce sont là les conditions que les êtres humains doivent remplir s'ils veulent recevoir le don divin de l'amour de Dieu.

Résumons

Nous avons commencé par parler de la molécule de l'amour ou de la chimie de l'amour ; puis de la compatibilité ; et enfin de l'engagement conjugal. Ce sont là les contributions physiologiques et psychologiques à ce qu’on appelle le grand amour. Mais ce n'est pas tout. Ce qui parfait un mariage heureux, c'est l'agapé, l'amour divin communiqué par le Saint- Esprit à ceux qui croient en Dieu et qui Lui obéissent.

Le véritable amour, c'est quoi au juste, et qui le possède ? Dieu est Son auteur, et tout mariage possédant l'amour divin détient la meilleure occasion de jouir d'une union durable entre deux partenaires s'abandonnant avec délices à leur bienveillance réciproque.

Vous trouverez d'autres éléments du vrai grand amour divin dans l'Épître de Paul à l'Église d'Éphèse (Éphésiens 5:22-33 Éphésiens 5:22-33 [22] Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; [23] car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. [24] Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. [25] Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle, [26] afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau, [27] afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. [28] C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même. [29] Car jamais personne n'a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Église, [30] parce que nous sommes membres de son corps. [31] C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. [32] Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l'Église. [33] Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.
Louis Segond×
). Lisez et appliquez ces instructions divines, et votre mariage connaîtra un amour croissant « jusqu'à ce que la mort vous sépare ».