Le puissant Empire Assyrien surgit des sables

Vous êtes ici

Le puissant Empire Assyrien surgit des sables

Sans doute la découverte la plus spectaculaire, parmi les trésors de l'Antiquité, a-t-elle été celle des vestiges de l'ancien Empire Assyrien.

L'Assyrie apparaît la première fois comme un empire dans le 2e millénaire avant notre ère. Les restes d'une ziggurat, ou tour d'un temple, datant de cette ère, se dressent encore non loin du site de son ancienne capitale.

Au IXe siècle avant notre ère, l'Assyrie devint un empire puissant et expansionniste. À cette époque-là, 40 ans, environ, après le règne de Salomon, Israël s'était scindé en deux royaumes distincts - Israël et Juda (1 Rois 12:16-24 1 Rois 12:16-24 [16] Lorsque tout Israël vit que le roi ne l'écoutait pas, le peuple répondit au roi: Quelle part avons-nous avec David? Nous n'avons point d'héritage avec le fils d'Isaï! A tes tentes, Israël! Maintenant, pourvois à ta maison, David! Et Israël s'en alla dans ses tentes. [17] Les enfants d'Israël qui habitaient les villes de Juda furent les seuls sur qui régna Roboam. [18] Alors le roi Roboam envoya Adoram, qui était préposé aux impôts. Mais Adoram fut lapidé par tout Israël, et il mourut. Et le roi Roboam se hâta de monter sur un char, pour s'enfuir à Jérusalem. [19] C'est ainsi qu'Israël s'est détaché de la maison de David jusqu'à ce jour. [20] Tout Israël ayant appris que Jéroboam était de retour, ils l'envoyèrent appeler dans l'assemblée, et ils le firent roi sur tout Israël. La tribu de Juda fut la seule qui suivit la maison de David. [21] Roboam, arrivé à Jérusalem, rassembla toute la maison de Juda et la tribu de Benjamin, cent quatre-vingt mille hommes d'élite propres à la guerre, pour qu'ils combattissent contre la maison d'Israël afin de la ramener sous la domination de Roboam, fils de Salomon. [22] Mais la parole de Dieu fut ainsi adressée à Schemaeja, homme de Dieu: [23] Parle à Roboam, fils de Salomon, roi de Juda, et à toute la maison de Juda et de Benjamin, et au reste du peuple. [24] Et dis-leur: Ainsi parle l'Éternel: Ne montez point, et ne faites pas la guerre à vos frères, les enfants d'Israël! Que chacun de vous retourne dans sa maison, car c'est de par moi que cette chose est arrivée. Ils obéirent à la parole de l'Éternel, et ils s'en retournèrent, selon la parole de l'Éternel.
Louis Segond×
). Conduits par des monarques compétents et impitoyables, les Assyriens devinrent une menace croissante pour leurs voisins, et finirent par les conquérir. Ils finirent par subjuguer tout le croissant fertile s'étendant de la Mésopotamie à l'Égypte.

D'après la Bible, vers la fin du VIIIe siècle, ils écrasèrent le royaume d'Israël et envahirent le royaume de Juda, au sud, s'emparant de ses villes clefs et assiégeant sa capitale, Jérusalem (Ésaïe 36:1-2 Ésaïe 36:1-2 [1] La quatorzième année du roi Ézéchias, Sanchérib, roi d'Assyrie, monta contre toutes les villes fortes de Juda et s'en empara. [2] Et le roi d'Assyrie envoya de Lakis à Jérusalem, vers le roi Ézéchias, Rabschaké avec une puissante armée. Rabschaké s'arrêta à l'aqueduc de l'étang supérieur, sur le chemin du champ du foulon.
Louis Segond×
).

Ces événements sont-ils historiques ou imaginaires ? N'oubliez pas qu'il fut un temps ou des moqueurs niaient jusqu'à l'existence de l'Empire assyrien. Or, il ne s'agissait pas d'un mythe. À mesure que les débris accumulés au fil des siècles ont été déblayés de Ninive, sa capitale, les preuves de l'invasion assyrienne ont été abondantes.

Des documents assyriens de ces événements citent le roi Senchérib d'Assyrie se vantant de son invasion dévastatrice de Juda : « Quarante six des villes fortifiées [d'Ezéchias] et un nombre infini de petits villages… [j'] assiégeai et conquis… Quant à Ezéchias, la splendeur admirable de mon pouvoir l'envahit » (Erika Bleibtreu, Grisly Assyrian Record of Torture and Death, Biblical Archeology Review, janvier/ février 1991, p 60).

Du temps du Christ et des apôtres, toute trace de Ninive avait été perdue. Un auteur grec, Lucien de Samosate (120-180 de notre ère), se lamenta : « Ninive a péri. Il n'en reste aucune trace. Nul ne peut dire où elle existait jadis » (Magnus Magnusson, Archeology of the Bible, 1977, p 175).

Cette absence de vestiges poussa certains érudits du XIXe siècle à douter de l'existence, jadis, de Ninive ou d'autres parties de l'Empire assyrien, et à douter que cet Empire ait dominé une grande partie du monde.

La seule source historique mentionnant l'existence de cet empire, à l'époque, était la Bible. Plusieurs récits et prophéties de l'Ancien Testament en parlaient, et Jésus parla de Ninive comme d'un fait historique (Matthieu 12:41 Matthieu 12:41Les hommes de Ninive se lèveront, au jour du jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu'ils se repentirent à la prédication de Jonas; et voici, il y a ici plus que Jonas.
Louis Segond×
).

Cela n'empêcha pas plusieurs érudits de nier le témoignage de Jésus et des prophètes… jusqu'au jour où « une décennie spectaculaire au milieu du XIXe siècle… [quand] Austen Henry Layard et Paul Emile Botta redécouvrir, dans le nord de l'Iraq, les anciens vestiges de trois villes assyriennes [y compris Ninive] et les preuves de la panoplie militaire qui avait anéanti toute résistance du Tigre au Nil. L'Empire Assyrien… dans toute sa puissance impressionnante, avait été ressuscité grâce à l'archéologie » (Magnusson, p 175).

Les sceptiques furent réduits au silence. Les fouilles à Ninive et dans d'autres villes de la région produisirent d'innombrables preuves confirmant les détails du récit biblique.