Pouvons-nous lire l’écriture sur notre mur ?

Vous êtes ici

Pouvons-nous lire l’écriture sur notre mur ?

Le récit de Daniel 5, dans lequel une main sort de nulle part pendant un festin donné par Belschatsar et écrit un message annonçant le renversement de son gouvernement, a inspiré de nombreux musiciens et artistes. Lire ce récit, c’est un peu comme jeter un coup d’oeil sur les festivités nocturnes qui poussèrent le roi et l’élite de Babylone à se jeter et à jeter leur ville dans les mains du roi Cyrus de Perse.

Cette vision comporte des leçons frappantes pour chacun d’entre nous, aujourd’hui — des leçons qui peuvent nous aider à relever les défis de notre époque moderne et de cette période de l’Histoire du monde.

Belschatsar était un régent peu populaire à qui son père Nabonide avait confié la responsabilité de Babylone. Pour des raisons inconnues, celui-ci avait quitté la ville depuis plusieurs années et était un roi absent. Les historiens cherchent à comprendre pourquoi il avait quitté cette ville névralgique de son empire. Certains avancent qu’il faisait la guerre ailleurs. D’autres estiment qu’il était un mystique qui, après avoir procédé à des réformes religieuses en remplaçant les dieux de la ville par un seul dieu, s’était rendu en Arabie en quête d’édification religieuse.

Cette dernière hypothèse est intéressante à la lumière du témoignage sur le seul Dieu véritable donné au roi Nebucadnetsar par le prophète Daniel. Comme un pharaon égyptien d’une époque antérieure, Akhenaton, qui renversa les principaux dieux avec un seul dieu, Nabonide bouleversait-il l’ordre religieux établi de Babylone et s’exposait-il à la colère de la classe religieuse et financière ?

On ignore les motifs de l’absence de Nabonide, mais l’apparition de la reine sur la scène pour rappeler à Belschatsar que Daniel était un homme doté de sagesse divine souligne le fait que l’influence de Dieu dans la vie de Daniel avait un effet durable et plus profond sur la cour du roi que l’on ne l’aurait cru. Le témoignage de Daniel au sujet de Dieu influa sur la vie babylonienne.

L’interprétation que fit Daniel de l’écriture sur le mur révéla que les jours du royaume étaient comptés et terminés, que celui-ci avait été pesé, jugé inadéquat et divisé entre les Mèdes et les Perses. Cette mise en garde nous sert d’étalon dans notre vie actuelle.

Babylone avait reçu un témoignage unique de Dieu par l’entremise de Daniel. Nebucadnetsar et ses successeurs étaient loin de se douter de la signification de l’emprisonnement de ce jeune Juif dans le cercle intérieur du gouvernement babylonien. Daniel fit face au roi et, à plusieurs occasions, lui expliqua clairement qu’il y avait un Dieu dont le pouvoir et le dessein excéderaient toujours les siens.

Babylone eut un témoignage, mais ne changea pas ses façons de faire et, à l’heure juste, le jugement de Dieu renversa le gouvernement de ce royaume et livra ce dernier entre les mains d’un autre roi. L’époque babylonienne était révolue dans l’Histoire.

Les périodes de crise politique et les changements majeurs qui s’opèrent dans la société nous poussent à nous demander personnellement comment réagir et relever le défi. Nous traversons une telle période !

Des événements majeurs sont en voie de refaçonner le Moyen- Orient. Des millions d’immigrants de cette région, plus qu’on en avait vus depuis la Deuxième Guerre mondiale, se dirigent en masse vers l’Europe. Cet afflux massif de réfugiés menace l’ordre établi de l’Union européenne.

Ajoutez à cette situation des attaques terroristes accrues contre l’Europe, comme celle du 13 novembre à Paris, et vous obtenez un grave problème de sécurité nationale. D’autres attaques surviendront. À un moment donné, une réaction mènera au remaniement de l’ordre mondial. Un leader apte à restaurer l’ordre fera son apparition. Aucun des leaders européens actuels ne semble être à la hauteur devant cette crise.

Le rôle historique des États-Unis en tant que pays restaurateur de l’ordre en période de chaos tire à sa fin. Les États-Unis continuent d’adopter une culture qui ne reconnaît plus ni Le Dieu de la Bible ni Ses commandements et préceptes. Depuis la décision de la Cour suprême, l’an dernier, pour légaliser le mariage entre personnes du même sexe, les États-Unis ont dépassé la limite et ne peuvent plus faire marche arrière. La loi humaine dans un pays qui devrait connaître Dieu a nié la loi suprême du Royaume de Dieu. Les dirigeants politiques actuels sont incapables d’assumer la situation.

Ces exemples et d’autres encore illustrent l’hostilité croissante envers ceux qui préconisent l’adoption des préceptes divins dans une sphère ou l’autre de la société moderne. La majorité des Américains et des Européens se tournant désormais vers l’immoralité, nous nous rapprochons d’un climat où l’enseignement des normes divines de comportement entraînera une opposition directe générale, voire juridique. Nous vivons maintenant à une époque où Dieu recherche ceux qui « soupirent et gémissent à cause de toutes les abominations » qui nous empoisonnent la vie. (Ézéchiel 9:4 Ézéchiel 9:4L'Éternel lui dit: Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et fais une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui gémissent à cause de toutes les abominations qui s'y commettent.
Louis Segond×
)

Résisterez-vous à la culture de la Babylone moderne ? Rechercherez-vous la sagesse divine comme le fit Daniel ?

En refusant de faire des compromis avec les préceptes de Dieu par souci de commodité et face à la tentation, Daniel nous donna un exemple à suivre à notre époque actuelle. Il n’avait pas peur de parler du Dieu véritable et d’expliquer Sa volonté et Son dessein, même si cela aurait pu lui coûter ses moyens de subsistance, et même la vie.

Il priait trois fois par jour et cherchait à comprendre l’époque à laquelle il vivait et comment elle s’inscrivait dans le plan de Dieu pour l’humanité. En faisant preuve de foi tout au long de sa vie, Daniel acquit une meilleure compréhension de la vie en général, de sa propre vie et du plan divin pour le genre humain.

Voici une leçon vitale à tirer de ce récit : nous écrivons une histoire sur le mur de notre propre vie, tous les jours de notre vie — avec nos mots, nos pensées et nos gestes. Nous devons voir la main de Dieu dans l’Histoire et dans notre domaine personel. Le jour viendra bientôt où nous serons « comptés et pesés ».

Dieu nous jugera-t-Il fidèles ? C’est une question cruciale sur laquelle nous devons méditer alors que nous voyons les événements mondiaux mener les pays du monde vers le jour du jugement !