Rubrique Les fruits de l’Esprit - La gentillesse : un fruit du coeur au secours d’autrui

Vous êtes ici

Rubrique Les fruits de l’Esprit - La gentillesse

un fruit du coeur au secours d’autrui

D’après la Bible, qu’est-ce qui va de pair avec la gentillesse ? « Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ » (Éphésiens 4:31-32 Éphésiens 4:31-32 [31] Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. [32] Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ.
Louis Segond×
).

Humainement parlant, il est impossible de pratiquer continuellement cette exhortation. Néanmoins, avec l’aide de Dieu, nous pouvons y parvenir.

Quelle place la gentillesse occupe-t-elle dans la liste des qualités que les gens souhaitent déceler chez les autres ? Dans une enquête menée en 2003 dans 37 cultures différentes de par le monde, on a demandé à 16 000 sujets ce qu’ils souhaitaient déceler chez un conjoint. Pour les deux sexes, ce qu’ils préféraient, c’était la gentillesse.

On souhaite être traité avec égard, mais l’on a souvent du mal à faire preuve de gentillesse soi-même envers les autres. Une enquête menée il y a quelques mois dans de nombreux établissements d’enseignement, et visant à déterminer ce qui pousse les petites brutes à intimider les autres élèves a révélé que, dans la plupart des cas, elles en éprouvent du plaisir !

Cela prouve à quel point la nature humaine à l’état sauvage est cruelle, malveillante et sadique. La gentillesse s’apprend, et on ne l’inculque pas à beaucoup d’enfants.

En fait, les médias auxquels ils sont exposés leur apprennent généralement le contraire. La violence et plusieurs autres influences néfastes des médias du spectacle poussent les gens à devenir insensibles et à ne pas se soucier des besoins et des sentiments de leurs pairs.

Nous pensons souvent qu’être gentil ou bienveillant, c’est faire preuve de faiblesse, c’est « pour les mauviettes », et ceux qui réussissent n’ont pas besoin de cela. Grossière erreur ! Si nous voulons que Dieu – qui contrôle tout ce qui se passe dans l’univers – fasse preuve de bienveillance à notre égard, nous ferions bien d’agir de même envers autrui. « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde! » (Matthieu 5:7 Matthieu 5:7Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde!
Louis Segond×
).

Les gens évoquent de nombreuses excuses : « Je suis trop occupé !» ; « elle mérite de souffrir ! » ; ou, comme les compagnons de Job le supposent, dans le livre du même nom : « Sans doute Dieu le punit-il !» Dieu n’a que faire de nos excuses quand nous refusons d’être bienveillants ou gentils.

Le manque de gentillesse est certes fort courant. L’apôtre Paul a, fort à propos, prophétisé la dureté implacable du monde « dans les derniers jours » (2 Timothée 3:1-3 2 Timothée 3:1-3 [1] Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. [2] Car les hommes seront égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, [3] insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien,
Louis Segond×
). Résultat ? Les gens ont littéralement soif de gentillesse.

De quoi parlons-nous ?

Faire preuve de gentillesse, c’est vouloir commencer par se soucier des autres, par être bon, tendre, bienveillant, compatissant à leur égard. Si Dieu veut que nous traitions les animaux avec bienveillance (Proverbes 12:10 Proverbes 12:10Le juste prend soin de son bétail, Mais les entrailles des méchants sont cruelles.
Louis Segond×
), à combien plus forte raison le devons-nous à l’égard de nos frères humains !

En fait, nous devons littéralement chercher des occasions de faire preuve de gentillesse, en faire une habitude. Quand nous décelons un besoin, nous devons agir immédiatement avant que l’occasion nous échappe.

Le mot grec traduit en français par « bienveillant » ou « gentil » est chrestos. Ce mot a aussi le sens «d’utile », ce qui montre bien que la gentillesse – ou la bienveillance – dont il est question dans la Bible sous-entend la notion d’action. « N’aimons pas avec des paroles et avec de beaux discours, mais avec des actes. Ces actes montrent que notre amour est vrai » (1 Jean 3:18 1 Jean 3:18Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité.
Louis Segond×
, version Parole de Vie).

L’action comprend, en somme, la notion de sacrifice et, par conséquent, une certaine générosité, le sacrifice d’un peu de son temps. (Cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas se reposer suffisamment et se régénérer convenablement).

Évidemment, mettre l’accent sur l’action ne signifie pas que les paroles importent peu. Agir, c’est également savoir quoi dire, prononcer des paroles d’encouragement, de courtoisie ; les compliments et même une certaine correction peuvent être des actes chaleureux de gentillesse. Plusieurs proverbes bibliques l’indiquent.

Savoir quoi dire et quand garder le silence traduit une prise de conscience de ce qui risque de blesser autrui. Nous devons aider les gens à guérir de leurs blessures émotionnelles et non pas « frotter du sel » sur ces dernières. Hélas, quand les gens connaissent les « points sensibles » de leurs interlocuteurs, ils en profitent souvent pour aggraver encore davantage leurs blessures !

Nos gestes charitables ne devraient pas avoir pour but d’épater les gens (Matthieu 6:1-4 Matthieu 6:1-4 [1] Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus; autrement, vous n'aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux. [2] Lors donc que tu fais l'aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d'être glorifiés par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. [3] Mais quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, [4] afin que ton aumône se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.
Louis Segond×
). Les récompenses qui nous viennent de Dieu nous sont accordées quand nos gestes charitables sont commis avec humilité, discrètement et le cas échéant anonymement.

A moins que ce soit illégal ou immoral (comme des pots-de-vin), faire une faveur à quelqu’un dans le but d’en tirer quelque avantage n’est pas nécessairement une mauvaise chose; mais il ne s’agit pas vraiment de gentillesse ou de bienveillance. La bienveillance pure consiste à aider quelqu’un sans s’attendre à recevoir quoique ce soit en échange.

Nous devrions commencer par être gentils avec notre famille. Or, dans bien des cas, on se comporte méchamment à l’égard de ceux que l’on devrait aimer le plus. Dieu remarque une telle hypocrisie.

Jésus a dit que nous devons être bons non seulement pour notre famille et nos amis, mais pour tous (Luc 6:31-34 Luc 6:31-34 [31] Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux. [32] Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. [33] Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi agissent de même. [34] Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir la pareille.
Louis Segond×
). Si vous procédez de cette manière, « votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car Il est bon pour les ingrats et [même] pour les méchants » (Luc 6:35 Luc 6:35Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants.
Louis Segond×
).

Être bons pour les ingrats ? Aïe !

Si nous sommes, vous et moi, gentils à l’égard de centaines de personnes, cela ne prouve- t-il pas que nous soyons bienveillants ? Dans la majorité des cas, on vous répondra que oui ! Or, cela n’impressionne pas Dieu. Les critères divins sont plus élevés. Dieu en effet nous dit (Luc 6:36 Luc 6:36Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux.
Louis Segond×
) d’être miséricordieux avec tous, même avec les ingrats et les méchants.

Si nous faisons du bien à quelqu’un qui ne dit même pas « merci ! », notre réaction n’est-elle pas d’en conclure instinctivement qu’il n’en était pas digne ? De lui donner ce qu’il mérite et de nous en laver les mains ? C’est ce que les gens font la plupart du temps, mais notre Père céleste S’attend à ce que nous fassions bien mieux. Si nous voulons être « fils du Très-Haut », nous devons nous demander ce que Jésus ferait, et L’imiter.

Faire preuve de gentillesse, c'est être bienveillant, bon, sensible, compatissant envers autrui.

Certaines personnes n’ont jamais appris à être reconnaissantes, et ignorent ce qu’est l’ingratitude. Un aspect non négligeable de la question est que, de nos jours, beaucoup de personnes sont psychologiquement confuses, blessées, ou portent des cicatrices morales, ayant été maltraitées, notamment dans leur enfance. Beaucoup de gens sont déprimés, craintifs, éprouvent une certaine colère et ne font confiance à personne.

Et les individus qui n’ont pas personnellement été maltraités adoptent parfois des attitudes de personnes ayant subi de mauvais traitements.

Si vous vous apprêtez à caresser un chien, remuera-t-il la queue ou vous mordra-t-il ? S’il a souvent été battu et maltraité, il est possible que quand il vous voit approcher la main, il se sente menacé et vous morde.

Parallèlement, bien des gens se méfient des faveurs. Ils estiment que personne n’est désintéressé, que tout le monde a des motifs cachés, et que l’on cherche seulement à les exploiter ou à leur nuire. Ils « mordent » souvent « la main de ceux qui leur donnent à manger ». Mais ils ont besoin de gentillesse plus que n’importe quoi d’autre. En ce sens, nos efforts persistants à leur égard, peuvent finir par les convaincre que nous sommes de vrais amis. Et puis notre gentillesse ne risquet- elle pas d’amorcer la guérison progressive de leurs coeurs blessés ?

Soyons plus gentils

Devenir bon requiert de gros efforts. L’apôtre Paul, quand il parle de la nature humaine, parle notamment de « la chair », et de nos penchants naturels comme des « oeuvres de la chair » (Galates 5:19-21 Galates 5:19-21 [19] Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, [20] l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, [21] l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.
Louis Segond×
). Ces dernières comprennent l’hostilité, les passions jalouses et l’envie (Nouvelle Bible Segond). Tous ces traits typiquement humains dérivent de l’égoïsme.

La gentillesse requiert le contraire, et exige que l’on se soucie sincèrement de l’autre. « Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant audessus de vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres » (Philippiens 2:3-4 Philippiens 2:3-4 [3] Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l'humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. [4] Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.
Louis Segond×
).

Nos penchants naturels doivent céder la place à la nature divine. Or cela ne peut se faire que par la réception du Saint-Esprit qui – lorsqu’il réside en nous – porte les fruits merveilleux de « l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance » (Galates 5:22-23 Galates 5:22-23 [22] Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; [23] la loi n'est pas contre ces choses.
Louis Segond×
). Tous les traits mentionnés ici sont liés entre eux. La patience, par exemple, est intimement liée à la longanimité (2 Corinthiens 6:6 2 Corinthiens 6:6par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par un esprit saint, par une charité sincère,
Louis Segond×
; Colossiens 3:12), et ces deux qualités sont typiques de l’amour. « L’amour est patient, l’amour est bon… » (1 Corinthiens 13:4 1 Corinthiens 13:4La charité est patiente, elle est pleine de bonté; la charité n'est point envieuse; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil,
Louis Segond×
, Nouvelle Bible Segond).

Comment s’obtient le Saint-Esprit ? L’apôtre Pierre énumère les conditions à remplir : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit » (Actes 2:38 Actes 2:38Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit.
Louis Segond×
).

Inspirez-vous d’exemples bibliques

Plusieurs exemples de gentillesse (de bienveillance, ou de bonté ; tous ces mots, en somme, décrivent la même attitude) peuvent nous inspirer à être plus gentils. Songez à l’exemple du roi David à l’égard de Mephiboscheth (2 Samuel 9) ; à celui de la Sunamite et de son mari à l’égard du prophète Élisée (2 Rois 4:8-10 2 Rois 4:8-10 [8] Un jour Élisée passait par Sunem. Il y avait là une femme de distinction, qui le pressa d'accepter à manger. Et toutes les fois qu'il passait, il se rendait chez elle pour manger. [9] Elle dit à son mari: Voici, je sais que cet homme qui passe toujours chez nous est un saint homme de Dieu. [10] Faisons une petite chambre haute avec des murs, et mettons-y pour lui un lit, une table, un siège et un chandelier, afin qu'il s'y retire quand il viendra chez nous.
Louis Segond×
) ; à celui de Dorcas, une femme très aimée qui « faisait beaucoup de bonnes oeuvres et d’aumônes » (Actes 9:36-39 Actes 9:36-39 [36] Il y avait à Joppé, parmi les disciples, une femme nommée Tabitha, ce qui signifie Dorcas: elle faisait beaucoup de bonnes oeuvres et d'aumônes. [37] Elle tomba malade en ce temps-là, et mourut. Après l'avoir lavée, on la déposa dans une chambre haute. [38] Comme Lydde est près de Joppé, les disciples, ayant appris que Pierre s'y trouvait, envoyèrent deux hommes vers lui, pour le prier de venir chez eux sans tarder. [39] Pierre se leva, et partit avec ces hommes. Lorsqu'il fut arrivé, on le conduisit dans la chambre haute. Toutes les veuves l'entourèrent en pleurant, et lui montrèrent les tuniques et les vêtements que faisait Dorcas pendant qu'elle était avec elles.
Louis Segond×
) ; au bon Samaritain de la parabole (Luc 10:25-37 Luc 10:25-37 [25] Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l'éprouver: Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle? [26] Jésus lui dit: Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis-tu? [27] Il répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. [28] Tu as bien répondu, lui dit Jésus; fais cela, et tu vivras. [29] Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: Et qui est mon prochain? [30] Jésus reprit la parole, et dit: Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. [31] Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. [32] Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. [33] Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. [34] Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. [35] Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. [36] Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands? [37] C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit: Va, et toi, fais de même.
Louis Segond×
) ; à Barnabas, dont le nom signifie « fils d’exhortation » (Actes 4:36 Actes 4:36Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas, ce qui signifie fils d'exhortation, Lévite, originaire de Chypre,
Louis Segond×
). Puis il y a l’exemple de la « femme vertueuse » de Proverbes 31 qui satisfait les besoins de sa famille et de bien d’autres : « Elle tend la main au malheureux, elle tend la main à l’indigent » (Proverbes 31:20 Proverbes 31:20Elle tend la main au malheureux, Elle tend la main à l'indigent.
Louis Segond×
). De plus, « elle ouvre la bouche avec sagesse, et des instructions aimables sont sur sa langue » (Proverbes 31:26 Proverbes 31:26Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue.
Louis Segond×
).

Puissent nos propos être empreints de gentillesse !

L’un des mots hébreux les plus importants utilisés dans l’Ancien Testament – cité 240 fois – est hesed. Il est souvent traduit par « miséricorde », mais son sens est plus large. Il a aussi le sens d’amour loyal et de fidélité dans l’engagement. Il est pratiquement impossible de trouver un seul mot français le décrivant convenablement, mais ces aspects décrivent le caractère de Dieu. Il contient aussi la notion de dévotion, mais la démonstration de Son amour engagé est aussi présente. C’est pourquoi ce mot est souvent traduit, comme mentionné ci-dessus, par « miséricorde », par « bonté », par « grâce », « justice » etc.

L’Écriture loue souvent l’hesed de Dieu. Et elle nous dit comment avoir, nous aussi, cette qualité, cette affectueuse bienveillance, cette gentillesse, cette bonté pour nos semblables.

Christ pratiquait ce genre de gentillesse qui était radicale à l’époque, mais inconnue de la culture du moment. Il Se souciait toujours des femmes comme des hommes, des adultes comme des enfants, des diverses races, des malades et des faibles aussi bien que des forts. Il lui arrivait souvent de S’épuiser à prier pour les gens, à les guérir, à les nourrir et à les secourir de bien des façons.

Quand Il voyait les multitudes, avec tous leurs problèmes, leurs maux et leur désarroi, notre Seigneur était « ému de compassion » (Matthieu 9:36 Matthieu 9:36Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu'elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n'ont point de berger.
Louis Segond×
; Matthieu 14:14 Matthieu 14:14Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades.
Louis Segond×
; Matthieu 18:27 Matthieu 18:27Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.
Louis Segond×
). Nous aussi, quand nous voyons le monde où nous vivons, devrions être émus de compassion. Nous aussi nous devrions aider, donner, partager, soigner, encourager, être miséricordieux et pleins de gentillesse.

Puisse le fruit spirituel de la gentillesse continuer à croître en nous. Puissions-nous suivre les traces de Christ qui personnifiait l’hesed de notre Père céleste par Son exemple de bienveillante charité.