Confusion actuelle au sujet de la liberté chrétienne

Vous êtes ici

Confusion actuelle au sujet de la liberté chrétienne

Pour contrer l’hérésie des Galates, Paul se réfère parfois à la liberté chrétienne. Mais la liberté qu’il décrit est très différente de celle que nous lui attribuons couramment de nos jours. Le raisonnement de Paul concernant la grâce, la loi, la justification et la liberté a été tellement détourné de son contexte qu’aujourd’hui son sens est rarement bien compris.

Par exemple, l’opinion actuelle que se font les gens concernant la liberté, en particulier dans la société occidentale, est que les êtres humains devraient être libres de vivre comme ils le veulent. Généralement, les gens pensent à ce concept de liberté quand ils lisent l’épître aux Galates. Mais une telle idée était totalement étrangère à Paul et aux autorités de la société de son époque.

Le gouvernement de l’Empire romain était une dictature sous l’autorité d’un empereur. Peu de personnes possédaient la citoyenneté romaine ainsi que les droits qui y étaient associés. La plupart de la population appartenait à deux autres catégories de personnes : les non-citoyens libres et les esclaves. La majorité des convertis au christianisme était issue de ces deux dernières catégories. Pour illustrer une vérité importante, Paul fait la comparaison entre les hommes libres et ceux qui sont esclaves.

Ceux qui sont justifiés par la mort du Christ sont libérés de la mort, qui est la peine encourue pour leurs péchés passés. Ceux qui ne sont pas justifiés ne sont pas exemptés de cette peine. En tant que pécheurs non pardonnés, ils sont semblables à des condamnés à mort détenus en esclavage (pareil au couloir de la mort) en attente de leur exécution lors du jugement dernier.

Paul exhorte les chrétiens à se libérer – à ne plus être influencés par l’esprit sectaire des distinctions de classes sociales de ce monde. Il le fait parce que, pour l’Église, « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. » (Galates 3:28 Galates 3:28Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ.
Louis Segond×
)

Cependant, il ne parle jamais de cette liberté comme représentant le fait d’être libérés de la loi de Dieu, la loi définissant le péché qui nous entoure. Il souligne que Jésus-Christ « s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais » (Galates 1:4 Galates 1:4qui s'est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père,
Louis Segond×
).

Jésus-Christ nous libère de la peine de mort que nous avons encourue, en participant aux péchés et aux maux de notre société actuelle. Cependant, Il ne nous libère pas de l’autorité de la loi de Dieu. Paul est très clair lorsqu’il dit que Dieu « a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi soit accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’Esprit. » (Romains 8:3-4 Romains 8:3-4 [3] Car-chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, [4] et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit.
Louis Segond×
)

Paul fait constamment la comparaison entre le péché qui reflète les œuvres de la chair et la bonne attitude qui exprime les fruits de l’Esprit (Galates 5:19-23 Galates 5:19-23 [19] Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, [20] l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, [21] l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu. [22] Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; [23] la loi n'est pas contre ces choses.
Louis Segond×
). La raison pour laquelle nous avons besoin de l’Esprit de Dieu, c’est qu’avec son aide, nous aurons la possibilité d’accomplir ce que la loi enseigne. Le Saint-Esprit nous ouvre l’esprit pour comprendre la véritable intention des voies de Dieu. Nous devons donc développer un caractère selon Dieu en marchant avec diligence dans Sa voie.