Comprendre le mot « impur » dans Romains 14

Vous êtes ici

Comprendre le mot « impur » dans Romains 14

La déclaration de Paul dans Romains 14:14 Romains 14:14Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n'est impur en soi, et qu'une chose n'est impure que pour celui qui la croit impure.
Louis Segond×
signifie-t-elle que l’Église originelle ne faisait pas de distinction entre les viandes pures et impures ? — « Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure. »

Une compréhension de la terminologie grecque peut nous aider dans ce domaine.

Il est important de comprendre que les auteurs du Nouveau Testament faisaient référence aux deux concepts (pureté et impureté) en utilisant différents mots grecs pour exprimer les deux idées. L’impureté pourrait se référer aux animaux désignés par Dieu comme impropres à la consommation humaine (énumérés dans Lévitique 11 et Deutéronome 14). Le terme impur pourrait également désigner le terme employé pour les « impuretés cérémonielles ».

Dans Romains 14, Paul utilise le mot koinos, qui signifie « commun » (W.E. Vine, Vine’s Complete Expository Dictionary of Old and New Testament Words, 1985, “Unclean (Impureté)”, p. 649). Outre les significations des mots « commun » et « ordinaire », utilisés dans Actes 2:44 Actes 2:44Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun.
Louis Segond×
; 4: 32 ; Tite 1:4 Tite 1:4à Tite, mon enfant légitime en notre commune foi: que la grâce et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus Christ notre Sauveur!
Louis Segond×
; Hébreux 10:29 Hébreux 10:29de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l'Esprit de la grâce?
Louis Segond×
(le mot « commun » ne figure pas dans ce verset); Jude 1: 3, le mot s’applique également aux choses considérées comme « polluées ou souillées ». Ce mot, sous sa forme verbale koinoo, est utilisé dans Marc 7:2-23 Marc 7:2-23 [2] Ils virent quelques-uns de ses disciples prendre leurs repas avec des mains impures, c'est-à-dire, non lavées. [3] Or, les pharisiens et tous les Juifs ne mangent pas sans s'être lavé soigneusement les mains, conformément à la tradition des anciens; [4] et, quand ils reviennent de la place publique, ils ne mangent qu'après s'être purifiés. Ils ont encore beaucoup d'autres observances traditionnelles, comme le lavage des coupes, des cruches et des vases d'airain. [5] Et les pharisiens et les scribes lui demandèrent: Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens, mais prennent-ils leurs repas avec des mains impures? [6] Jésus leur répondit: Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu'il est écrit: Ce peuple m'honore des lèvres, Mais son coeur est éloigné de moi. [7] C'est en vain qu'ils m'honorent, En donnant des préceptes qui sont des commandements d'hommes. [8] Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. [9] Il leur dit encore: Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. [10] Car Moïse a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. [11] Mais vous, vous dites: Si un homme dit à son père ou à sa mère: Ce dont j'aurais pu t'assister est corban, c'est-à-dire, une offrande à Dieu, [12] vous ne le laissez plus rien faire pour son père ou pour sa mère, [13] annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d'autres choses semblables. [14] Ensuite, ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit: Écoutez-moi tous, et comprenez. [15] Il n'est hors de l'homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l'homme, c'est ce qui le souille. [16] Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende. [17] Lorsqu'il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l'interrogèrent sur cette parabole. [18] Il leur dit: Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller? [19] Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments. [20] Il dit encore: Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme. [21] Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, [22] les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. [23] Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme.
Louis Segond×
, où il est évident qu’il fait référence à l’impureté cérémoniale lorsque les disciples mangeaient sans s’être premièrement lavé les mains.

Vous pouvez vérifier dans une concordance ou une Bible de version similaire que les mots koinos et koinooapparaissent tout au long du Nouveau Testament et font référence à ce genre d’impureté cérémonielle. Une chose pouvait être « commune » — c’est-à-dire cérémoniellement impure — même si par ailleurs elle était considérée comme une viande pure.

Un mot entièrement différent, akathartos, est utilisé dans le Nouveau Testament pour les animaux que les Écritures considèrent comme étant impurs. Dans la Septante (la traduction grecque de l’Ancien Testament largement utilisée à l’époque de Paul), akathartos est utilisé pour désigner les viandes impures énumérées dans Lévitique 11 et Deutéronome 14.

Les deux mots, koinos et akathartos, sont utilisés dans Actes 10 pour décrire la vision de Pierre de la nappe remplie de « tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre et les oiseaux du ciel » (verset 12), à la fois purs et impurs. Pierre lui-même fait la distinction entre les deux concepts d’impureté en utilisant les deux mots au verset 14. Pierre répondit à la voix qui lui disait de « tuer et de manger » : « Non, Seigneur, car je n’ai jamais rien mangé de souillé [koinos] ni d’impur [akathartos]. » La plupart des traductions de la Bible font la distinction entre les sens des deux mots utilisés ici. Pierre utilisa la même terminologie au verset 28 lorsqu’il parle de cette vision dans Actes 11:8 Actes 11:8Mais je dis: Non, Seigneur, car jamais rien de souillé ni d'impur n'est entré dans ma bouche.
Louis Segond×
.

Lorsque dans Romains 14:14 Romains 14:14Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n'est impur en soi, et qu'une chose n'est impure que pour celui qui la croit impure.
Louis Segond×
, Paul dit que « rien n’est impur [koinos, ou « commun »] en soi », il avait déjà parlé de la même chose auprès des Corinthiens, comme l’explique le chapitre suivant de cette brochure : Ce n’est pas parce que de la viande, dont la consommation était par ailleurs légale, a pu être associée au culte des idoles qu’elle est intrinsèquement impropre à la consommation humaine. Dans ce contexte, Paul ne parlait pas des restrictions alimentaires de la Bible.

Dans Romains 14:20 Romains 14:20Pour un aliment, ne détruis pas l'oeuvre de Dieu. A la vérité toutes choses sont pures; mais il est mal à l'homme, quand il mange, de devenir une pierre d'achoppement.
Louis Segond×
, Paul poursuit en déclarant que « toutes choses sont pures ». Le mot traduit par « pures » est « katharos », « exempt de tout mélange impur, sans défaut, sans tache » (Vine, “Clean, Cleanness, Cleanse, Cleansing”, p. 103). Les viandes pures en tant que telles ne sont pas abordées dans le Nouveau Testament. Il n’y a donc pas de mot pour les décrire. Katharos est utilisé pour décrire toutes sortes de puretés et d’impuretés, y compris celles sur la vaisselle propre (Matthieu 23:26 Matthieu 23:26Pharisien aveugle! nettoie premièrement l'intérieur de la coupe et du plat, afin que l'extérieur aussi devienne net.
Louis Segond×
), sur les personnes (Jean 13: 10), sur les vêtements (Apocalypse 15:6 Apocalypse 15:6Et les sept anges qui tenaient les sept fléaux sortirent du temple, revêtus d'un lin pur, éclatant, et ayant des ceintures d'or autour de la poitrine.
Louis Segond×
; 19:8-14), sur la religion « pure » (Jacques 1:27 Jacques 1:27La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde.
Louis Segond×
), sur l’or et le verre (Apocalypse 21:18 Apocalypse 21:18La muraille était construite en jaspe, et la ville était d'or pur, semblable à du verre pur.
Louis Segond×
).

Notez également que, dans les versets 14 et 20 de Romains 14, le mot nourriture ou viande n’est pas dans le texte original. Aucun objet n’est mentionné par rapport à la pureté ou l’impureté. Le sens de ces versets est simplement que « rien n’est impur [koinos] [commun ou cérémoniellement souillé] en soi » et « toutes choses sont pures » [katharos : exempt d’impuretés, sans défaut, sans tache]. »

Ce que Paul veut faire comprendre c’est que l’association possible d’un aliment particulier avec des activités idolâtres n’a pas d’incidence sur la consommation éventuelle d’aliments.