La leçon des souffrances de Job

La leçon des souffrances de Job

  Les souffrances d'un homme, Job, montrent à quel point le caractère est plus important aux yeux de Dieu que l'inconfort ou la douleur que nous pouvons éprouver dans cette vie. Job était un juste. Il évitait soigneusement de transgresser les lois de Dieu. Sa conduite était irréprochable. Toutefois, il avait une faiblesse ; qui n'en a pas ? (Marc 14:38 Marc 14:38Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible.
Louis Segond×
). Nul n'est [encore] parfait.

  L'Éternel décida d'éprouver le caractère de Job, afin de savoir si son engagement à Son égard supporterait l'adversité. Dans des périodes de découragement et d'expériences traumatisantes, les personnes droites peuvent s'inspirer du récit de Job dans les Écritures, pour apprendre à se fier à Dieu et attendre patiemment qu'Il résolve leurs problèmes.

  L'Éternel, s'adressant à Satan, fit mention de la justice de Job (Job 1:8 Job 1:8L'Éternel dit à Satan: As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n'y a personne comme lui sur la terre; c'est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal.
Louis Segond×
) « Satan répondit à l'Eternel : Est-ce d'une manière désintéressée que Job craint Dieu ? Ne l'as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui ? Tu as béni l'œuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays. Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu'il te maudit en face » (Job 1:9-11 Job 1:9-11 [9] Et Satan répondit à l'Éternel: Est-ce d'une manière désintéressée que Job craint Dieu? [10] Ne l'as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui? Tu as béni l'oeuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays. [11] Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu'il te maudit en face.
Louis Segond×
). La suite des évènements allaient prouver à Satan qu'il avait tort. Le caractère de Job était noble.

  Dieu allait donner à l'Adversaire la permission de dépouiller Job de sa famille, de ses biens, et de l'affliger de terribles épreuves (Job 1:12-19 Job 1:12-19 [12] L'Éternel dit à Satan: Voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre; seulement, ne porte pas la main sur lui. Et Satan se retira de devant la face de l'Éternel. [13] Un jour que les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère aîné, [14] il arriva auprès de Job un messager qui dit: Les boeufs labouraient et les ânesses paissaient à côté d'eux; [15] des Sabéens se sont jetés dessus, les ont enlevés, et ont passé les serviteurs au fil de l'épée. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle. [16] Il parlait encore, lorsqu'un autre vint et dit: Le feu de Dieu est tombé du ciel, a embrasé les brebis et les serviteurs, et les a consumés. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle. [17] Il parlait encore, lorsqu'un autre vint et dit: Des Chaldéens, formés en trois bandes, se sont jetés sur les chameaux, les ont enlevés, et ont passé les serviteurs au fil de l'épée. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle. [18] Il parlait encore, lorsqu'un autre vint et dit: Tes fils et tes filles mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère aîné; [19] et voici, un grand vent est venu de l'autre côté du désert, et a frappé contre les quatre coins de la maison; elle s'est écroulée sur les jeunes gens, et ils sont morts. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle.
Louis Segond×
). Le patriarche accepta son épreuve en disant : « L'Eternel a donné et l'Eternel a ôté ; que le nom de l'Eternel soit béni ! » (Job 1:21 Job 1:21et dit: Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L'Éternel a donné, et l'Éternel a ôté; que le nom de l'Éternel soit béni!
Louis Segond×
).

  Plus tard « Trois amis de Job [...] partirent de chez eux, pour aller le plaindre et le consoler. » (Job 2:11 Job 2:11Trois amis de Job, Éliphaz de Théman, Bildad de Schuach, et Tsophar de Naama, apprirent tous les malheurs qui lui étaient arrivés. Ils se concertèrent et partirent de chez eux pour aller le plaindre et le consoler!
Louis Segond×
). Après s'être lamentés avec lui une semaine, ils se mirent à discuter de ses calamités et de ses souffrances. Job énuméra ses griefs, se plaignant de l'injustice de la vie – ce que l'Éternel allait d'ailleurs confirmer : La justice et l'équité ne sont pas toujours notre lot ici-bas.

  Les trois amis de Job étaient convaincus que Dieu le punissait pour quelque péché secret – quelque faute dont personne n'était conscient, sauf lui et le Tout-Puissant. Job s'offusquait d'une telle accusation, et proclamait bien haut son intégrité. Au milieu de l'épreuve, Job, peu à peu, se mit à en vouloir à son Créateur ; c'est souvent le cas quand on traverse une calamité extrême et inexplicable.

  Plusieurs chapitres relatent les raisonnements accusateurs des trois compagnons. En fin de compte, l'un des plus jeunes amis de Job – Elihu – prend la parole. Il s'aperçoit que l'optique de Job est défectueuse. Ce dernier est convaincu que ses afflictions n'accomplissent rien. Selon lui, Dieu le traite injustement.

   Elihu remarque que Job est à tel point obsédé par son innocence (Job 33:8-9 Job 33:8-9 [8] Mais tu as dit à mes oreilles, Et j'ai entendu le son de tes paroles: [9] Je suis pur, je suis sans péché, Je suis net, il n'y a point en moi d'iniquité.
Louis Segond×
) qu'il juge Dieu coupable, au lieu de tirer quelque leçon de ses épreuves. Aux plaintes du patriarche, Elihu réplique : « Imagines-tu avoir raison, penses-tu te justifier devant Dieu ? » (Job 35:2 Job 35:2Imagines-tu avoir raison, Penses-tu te justifier devant Dieu,
Louis Segond×
).

  Plutôt que de trouver dans ces adversités une occasion d'apprendre la patience et de permettre à l'Éternel de le modeler, il se laisse envahir par un sentiment de reproche envers son Créateur. Il écarte de son esprit l'idée qu'il pourrait tirer de précieuses leçons de ses souffrances. Sa principale objection est qu'il n'est pas responsable envers Dieu, qui ne reconnaît pas sa droiture.

  Dieu finit par lancer plusieurs défis à Job, lui suggérant, entre autres : « Prendras-tu le crocodile à l'hameçon ? Saisiras- tu sa langue avec une corde ? [...] » (Job 40:20-23 Job 40:20-23 [20] (40:15) Il trouve sa pâture dans les montagnes, Où se jouent toutes les bêtes des champs. [21] (40:16) Il se couche sous les lotus, Au milieu des roseaux et des marécages; [22] (40:17) Les lotus le couvrent de leur ombre, Les saules du torrent l'environnent. [23] (40:18) Que le fleuve vienne à déborder, il ne s'enfuit pas: Que le Jourdain se précipite dans sa gueule, il reste calme.
Louis Segond×
; 41:1-10).

  Tout compte fait, Job mesure combien son savoir est limité et sa confiance en lui-même excessive. Il commence à voir Dieu sous un jour différent. Il s'aperçoit qu'il a eu tort d'avoir une attitude critique envers son Créateur : « Mon oreille avait entendu parler de toi ; mais, maintenant mon œil t'a vu. C'est pourquoi je me condamne et me repens sur la poussière et sur la cendre. » (Job 42:5-6 Job 42:5-6 [5] Mon oreille avait entendu parler de toi; Mais maintenant mon oeil t'a vu. [6] C'est pourquoi je me condamne et je me repens Sur la poussière et sur la cendre.
Louis Segond×
).

  L'expérience de Job est relatée en détail pour que nous puissions apprendre à ne pas avoir une trop haute opinion de nous-mêmes. « L'arrogance précède la ruine, et l'orgueil précède la chute. Mieux vaut être humble avec les humbles que de partager le butin avec les orgueilleux » (Proverbes 16:18-19 Proverbes 16:18-19 [18] L'arrogance précède la ruine, Et l'orgueil précède la chute. [19] Mieux vaut être humble avec les humbles Que de partager le butin avec les orgueilleux.
Louis Segond×
).

  L'expérience de Job peut expliquer pourquoi la propre justice d'une personne peut conduire au découragement et au ressentiment envers Dieu qui n'intervient pas aussi rapidement qu'on le voudrait. Comme Job, nous risquons de ne pas comprendre que Dieu voit bien plus loin que nous. Peu importe la sévérité de nos épreuves, nous ne devons jamais accuser l'Éternel de ne pas nous écouter ou de ne pas prendre soin de nous. Il voit des leçons à apprendre qui vont au-delà de notre compréhension actuelle des choses.

  Nous avons besoin de nous souvenir des judicieux conseils du Roi David : « Espère en l'Eternel ! Fortifie-toi et que ton cœur s'affermisse ! Espère en L'Eternel ! » (Psaumes 27:14 Psaumes 27:14Espère en l'Éternel! Fortifie-toi et que ton coeur s'affermisse! Espère en l'Éternel!
Louis Segond×
).

  Nous devons apprendre de l'expérience de Job à maintenir un respect patient et confiant pour Dieu, même au milieu de la souffrance (Jacques 5:10-11 Jacques 5:10-11 [10] Prenez, mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. [11] Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion.
Louis Segond×
).