La sexualité et les jeunes chrétiens

La sexualité et les jeunes chrétiens

Le sexe. Ce mot suscite de vives émotions. Le monde ne cesse de le populariser et de le pervertir dans les livres, les revues, les films et dans d’autres « formes de divertissement » en général.

Notre culture se vante de son ouverture d’esprit à l’égard du sexe. Les diverses formes d’aventures préconjugales et extraconjugales ne sont plus « honteuses ». Au contraire, elles sont normalisées.

Religieux ou non, dans nos sociétés occidentales, environ 86 % des jeunes adultes célibataires (âgés de 18 à 29 ans) ont déjà eu des relations sexuelles, 78 % en ont eu l’année dernière, et 55 % ont un partenaire sexuel à l’heure actuelle. Chaque année, aux États-Unis, près de 7 % des adolescentes (âgées de 15 à 19 ans) tombent enceintes, ce qui se solde par plus de 400 000 naissances vivantes annuelles seulement.

Bien entendu, les grossesses non planifiées, et en dehors du mariage, ne sont qu’une des nombreuses conséquences des pensées sexuelles immorales des jeunes hommes et femmes de la société moderne. Il devrait sembler évident que l’attitude qui prévaut concernant les relations sexuelles préconjugales et extraconjugales dans notre culture moderne entraîne une foule de problèmes.

Malheureusement, les chrétiens peuvent professer respecter des normes morales très élevées sur le plan de la sexualité, mais même les jeunes chrétiens acceptent le message voulant que le sexe en dehors du mariage soit acceptable. Certains considèrent encore que les relations sexuelles en dehors du mariage sont immorales, mais beaucoup aussi considèrent ces principes comme étant vieux jeu et déconnectés de la réalité.

La conviction que le sexe devrait être réservé aux couples mariés est-elle trop rigide ? En réalité, la question que nous devrions poser est la suivante : Que pense Dieu de la sexualité, et comment devrions-nous réagir à cet égard ?

Le sexe est-il un péché ?

La Parole de Dieu, soit la Bible, est très franche à propos de la sexualité. Dieu inspira la consignation de certains mauvais exemples de comportements sexuels : le roi David commit l’adultère avec Bath-Schéba ; les filles de Lot firent boire du vin à leur propre père pour qu’il ait, sans même s’en rendre compte, des relations sexuelles immorales avec elles; Samson avait une attitude dévergondée et luxurieuse à l’égard des femmes, ce qui lui coûta la vue et la vie. Ces exemples illustrent les graves conséquences que le sexe en dehors du mariage peut entraîner.  

En soi, la sexualité qui a été conçue par Dieu est très bonne, et n’est pas un péché. C’est plutôt son utilisation à mauvais escient qui constitue un péché.  

Voici, dans l’ordre, ce que Dieu avait en tête lorsqu’Il institua le mariage et créa la sexualité :   

  • Au commencement, Il créa l’homme et la femme – dans un but particulier (Genèse 1:27).
  • Il créa les deux premiers êtres humains, Adam et Ève, mari et femme – c’est-à-dire, « une seule chair » (Genèse 2:24).
  • Il les bénit et leur dit de remplir la terre avec leur famille – ce qui supposait et exigeait des relations sexuelles conjugales (Genèse 1:28).
  • L’union sexuelle conjugale doit être « honorable » (Hébreux 13:4).

Nous savons que par le terme « une seule chaire », Dieu voulait parler d’une union sexuelle parce qu’Il inspira l’apôtre Paul à écrire que des relations sexuelles en dehors du mariage constituent également « une seule chair », quoique immorale (1 Corinthiens 6:16).

Encore une fois, la sexualité n’a rien de mal en soi. Dans Son grand amour, Dieu fit don à l’humanité de cette puissante et merveilleuse relation. Le problème arrive lorsque quelque chose qui a été conçu pour notre bien, est utilisé à des fins égoïstes et immorales. Dieu nous dit d’attendre le mariage pour avoir des relations sexuelles : « Ne réveillez pas l’amour avant qu’il ne le veuille. » (Cantique des cantiques 2:7, La Bible du Semeur) L’amour sexuel n’est ni opportun ni moral avant l’échange des vœux matrimoniaux !

Les hormones sexuelles et le divorce

Des hormones très puissantes sont sécrétées pendant les rapports sexuels que Dieu a prévus dans le cadre du mariage. Si une personne a des rapports sexuels en dehors du mariage, elle sécrète ces mêmes hormones malgré tout, mais l’effet d’attachement à un seul partenaire du sexe opposé que Dieu a prévu est tragiquement affaibli et réduit au minimum.

Plus une personne reproduit ce comportement, plus il devient difficile pour elle de s’engager envers son époux ou son épouse pour la vie. L’immoralité sexuelle contribue donc à un taux de divorce élevé, comme en témoignent les données statistiques des pays occidentaux. Même les personnes qui professent suivre la Bible affichent plus ou moins le même taux (environ 32 %) de divorce pour ceux qui se marient pour la première fois que les non-chrétiens (New Marriage and Divorce Statistics Released », Barna.org).

Le sexe et l’avortement

L’immoralité sexuelle présente un autre inconvénient : de nombreuses femmes (près de la moitié aux Etats-Unis) se feront avorter au moins une fois dans leur vie. Celles qui se disent chrétiennes sont également concernées, car 28 % des femmes qui se font avorter s’identifient comme étant catholiques, et 37 % comme étant protestantes. Cela signifie qu’aux États-Unis seulement, les femmes qui professent être chrétiennes contribuent largement aux quelques 1,2 million d’avortements réalisés chaque année (« Characteristics of U.S. Abortion Patients », Guttmacher.org).

Préserver le caractère sacré du sexe

Les données statistiques révèlent qu’un trop grand nombre de « chrétiens » affichent également des comportements sexuels immoraux. Que pouvons-nous faire pour atteindre la pureté sexuelle dans notre vie et dans nos familles ?

Dieu a donné la sexualité aux êtres humains non seulement pour leur permettre de procréer, mais aussi pour qu’ils puissent bâtir une solide relation matrimoniale sous la forme d’une union sacrée – une relation physique spéciale et unique illustrant pour nous le mystère de la relation qui existe entre le Christ et les membres de Son Église (Éphésiens 5:30-32). Pourquoi souiller quelque chose d’aussi beau et saint ?

Appeler un mauvais comportement un « péché » peut mettre les gens mal à l’aise, mais cela rend le message on ne peut plus clair pour vous et pour les autres. Mettez vous-même en pratique un comportement conforme aux normes divines et n’hésitez pas à maintenir de telles attentes en matière du comportement sexuel de vos enfants ou d’autrui. Parmi les adolescents et les jeunes adultes qui s’abstiennent de relations sexuelles avant le mariage, 41 % des filles et 31 % des garçons affirment que leur abstinence est motivée par le fait que la sexualité en dehors du mariage « va à l’encontre de leur religion ou de leur moralité » (Pregnant Pause Blog, TheNationalCampaign.org, octobre 2011).

Si vous affichez des comportements sexuels immoraux – renoncez-y. Il s’agit de la première étape de la repentance – c’est-à-dire penser différemment, changer votre mentalité et modifier vos comportements. Jésus dit à une femme prise en flagrant délit d’adultère : « […] va et ne pèche plus. » (Jean 8:2-11) Il nous dit la même chose aujourd’hui. Rappelez-vous que Dieu nous pardonne lorsque nous nous repentons et que nous désirons sincèrement changer.

Maîtrisez vos désirs sexuels et exprimez ces désirs uniquement au bon moment, dans la sainteté de votre propre mariage, comme Dieu l’a prévu. Certes, le sexe peut faire naître de puissants désirs et émotions, mais il n’y a jamais eu de cas consigné où une personne est décédée en raison de sa chasteté ! Comme pour tout autre péché, nous devons maîtriser nos désirs pour éviter de subir les conséquences de ce comportement immoral. Dieu le dit à Caïn, mais la colère malavisée de celui-ci était telle qu’il ignora Ses paroles, tua son frère Abel et en subit les graves conséquences (Genèse 4:3-12).

Le monde aime promouvoir les péchés sexuels sans aucune restriction. Ne vous laissez pas prendre au piège ! Rejetez les films, les spectacles, les comédies et les autres formes de divertissement qui glorifient le sexe illicite ou qui ridiculisent le mariage et la famille. Rejetez toute forme de pornographie. Demandez l’aide d’un conseiller si vous en avez besoin. Jésus-Christ vous aime et souhaite vous accueillir dans Sa famille dans le Royaume de Dieu.  

Pour mieux comprendre la relation entre le sexe et le mariage, lisez notre guide gratuit intitulé Mariage et famille : La valeur manquante. Vous y trouverez un exposé plus complet de ce que Dieu a conçu et prévu pour les couples mariés et les familles.