L’influence dynamique d’un père sur sa fille

L’influence dynamique d’un père sur sa fille

Dès sa naissance, un père peut avoir un impact incroyable sur la vie de sa petite fille. Depuis le tout premier jour où, à sa naissance, elle enroule sa petite main autour de son doigt, jusqu’au moment où il la conduit le jour de son mariage, et bien plus tard également, la présence, l’engagement et le caractère de cet homme contribueront à la façonner et à en faire la femme qu’elle deviendra.

Elle regardera cet homme avec admiration, et lui seul pourra combler certains de ses besoins. À travers les nombreuses interactions et expériences qu’elle vit avec lui, des choses incroyables se développent en elle. Explorons ce qui se passe dans le domaine mental, émotionnel, et dans la construction de sa personnalité à travers la puissante relation qui unit un père à sa fille.

Les premières années

Des études et des statistiques ont montré à quel point les pères sont importants pour tous les enfants en général, mais cela est particulièrement vrai pour les petites filles. Dans son livre Strong Fathers, Strong Daughters, Meg Meeker, M.D, (version française du livre : Soyez forts pour vos filles) énumère les faits suivants :

  • Les petits enfants attachés à leur père résolvent mieux les problèmes.
  • Les bébés à six mois ont de meilleurs résultats à leurs tests de développement mental si leur père est impliqué dans leur vie.
  • Si les pères sont présents à la maison, les jeunes enfants gèrent mieux le stress à l’école.
  • Les petites filles qui reçoivent une attention chaleureuse de leur père et bénéficient de surveillance réussissent mieux scolairement.
  • Les filles qui sont proches de leur père manifestent moins d’anxiété et sont moins renfermées.

Ces statistiques montrent à quel point la participation du père est très importante pour le développement mental et émotionnel de leur petite fille. Sur son blog Psych Central, Erika Krull, MS, LMHP publia un chapitre intitulé « DivorceWhat Girls Miss When Dad Leaves the Home » (Ce qui manque aux filles quand le père quitte la maison). Elle déclare : « Une partie de la personnalité d’une fille est créée par ce que son père lui renvoie. Une fille a besoin de savoir qu’un homme l’aime, l’estime, la protège et lui sera fidèle. Il faut des années pour que cette influence s’installe et se développe en elle. Et cela ne peut arriver si son père est souvent absent ».

Le premier lien affectif masculin d’une petite fille devrait être avec son père.

Son affection et son attention l’aideront à se sentir aimée et protégée. Ses instructions remplies de douceur, sa force et son autorité l’aideront à se sentir en sécurité. S’il prend le temps de lui parler et de l’écouter, elle développera le sentiment d’être appréciée.

Dans « Soyez forts pour vos filles » (Strong Fathers, Strong Daughters) Meg Meeker déclare également :

« Les pères changent inévitablement le cours de la vie de leurs filles — et peuvent même les sauver. Depuis la minute où vous l’apercevez, à l’instant de sa naissance, l’horloge commence à tourner. C’est l’horloge qui mesure vos heures avec elle, vos occasions de l’influencer, de former son caractère, de l’aider à se trouver, et à profiter de la vie. » Une jeune fille a besoin d’une influence masculine dans sa vie !

L’adolescence et au-delà

Lorsqu’une fille devient une adolescente, le rôle du père reste très important. Meg Meeker énumère d’autres statistiques dans son livre « Soyez forts pour vos filles » :

  • La bonne relation avec les parents est le facteur primordial pour éviter aux filles de s’engager dans des relations sexuelles précoces et dans la prise de drogue.
  • Les filles choyées par leurs pères ont plus d’assurance.
  • Les filles qui ressentent l’affection de leur père, qui se sentent proches de lui font beaucoup moins de tentatives de suicide, manquent moins de confiance dans leur apparence physique, souffrent moins de dépression, de mauvaise estime, utilisent moins de drogue, ont moins de problèmes de poids.
  • Les filles dont les pères s’occupent ont deux fois plus de chances de poursuivre une scolarité.
  • Une fille a d’autant plus d’estime d’elle-même que son père lui témoigne de l’affection par des manifestations physiques.
  • Les filles qui perçoivent la présence de leur père se sentent mieux protégées, ont une meilleure estime d’elles-mêmes, ont plus de chance de faire des études supérieures et de ne pas s’arrêter en route.
  • Les filles qui sentent l’intérêt de leur père dans leur vie ont de meilleures dispositions pour s’exprimer et pour fonctionner intellectuellement.
  • 21% des 12 à 15 ans déclarent que leur premier problème est de ne pas avoir assez de temps avec leurs parents. Huit pour cent des parents déclarent que leur premier problème est de ne pas avoir assez de temps avec leurs enfants.
  • Les filles dont les parents divorcent ou se séparent avant leurs 21 ans tendent à avoir une espérance de vie plus courte de quatre ans.
  • Les filles qui ont de bons pères essaient moins de rechercher l’attention masculine.
  • Les pères aident leurs filles à devenir plus compétentes, à être plus attirées par le succès et à mieux réussir.
  • Les filles repoussent une activité sexuelle si leurs parents la désapprouvent et elles sont moins actives sexuellement si leurs parents rejettent la contraception.
  • Les filles ayant des pères attentifs attendent plus longtemps avant de s’engager dans une relation sexuelle et sont moins souvent enceintes pendant leur adolescence. Les filles qui vivent avec leurs deux parents sont trois fois moins susceptibles de perdre leur virginité avant leur seizième anniversaire.
  • 76% des adolescentes ont déclaré que leur décision quant au choix de devenir sexuellement active ou non fut largement influencée par leur père.
  • Les filles qui ont vécu avec leur mère et leur père (par opposition à la mère seule) présentent beaucoup moins de retard de croissance et de développement, ainsi que moins de troubles de l’apprentissage, de troubles émotionnels et comportementaux.
  • Les filles qui vivent uniquement avec leur mère sont nettement moins capables de contrôler leurs impulsions, de retarder les plaisirs et ont un sens de la conscience du bien et du mal moins développé.

L’implication du père dans la vie d’une fille a un impact important sur son activité sexuelle, comme le montrent les informations ci-dessus. Les filles qui ne reçoivent pas l’attention et l’affection masculines de leur père se tournent souvent vers le sexe pour combler ce vide et ce besoin. Elles risquent davantage de devenir sexuellement actives à un plus jeune âge, et de tomber enceintes. Elles risquent également davantage de s’engager dans une relation abusive.

La relation d’un père avec sa fille déterminera souvent le type de relations qu’elle choisira.

Les pères peuvent également avoir une influence lorsque leurs filles entrent en puberté. Un article publié sur Science Daily (27 septembre 1999) intitulé « Selon les chercheurs : La relation père-fille est cruciale lorsque les filles entrent en puberté » (Father-Daughter Relationship Crucial to When Girls Enter Puberty, Researchers Say), parle d’une étude menée par des chercheurs de l’Université Vanderbilt. On y lit : « L’étude a porté sur 173 filles et leurs familles de Nashville et Knoxville, Tennessee et Bloomington, Indiana, depuis la prématernelle jusqu’à la 5ème.

« Les filles qui avaient eu des relations étroites et positives avec leurs parents au cours des cinq premières années de leur vie avaient tendance à connaître une puberté relativement tardive, par rapport aux filles qui avaient eu des relations plus distantes avec leurs parents. Plus précisément, les chercheurs ont constaté que la qualité de la participation des pères auprès de leurs filles était la caractéristique la plus importante de l’environnement familial précoce par rapport à l’âge de la puberté des filles.

« Les filles qui atteignaient leur puberté plus tardivement avaient généralement des pères qui participaient activement à la vie quotidienne de leurs enfants, qui soutenaient les mères et avaient des relations positives avec celles-ci. Mais c’est la participation des pères, plutôt que celle des mères, qui semble être primordiale pour la maturité de développement des filles. »

Les pères contribuent également à renforcer la confiance en soi de leurs filles. Les filles apprennent à se considérer de la même manière que leur père les considère. Si elles reçoivent de l’affection et une attention positive, elles se sentent valorisées. Mais si elles sont ignorées, traitées durement et ne reçoivent jamais de commentaires positifs, il est difficile pour elles de se sentir bien dans leur peau.

Les pères aimants contribuent à la stabilité et à l’orientation morale du foyer. Ils se soucient suffisamment de leurs filles pour les aider à traverser la période difficile de l’adolescence. Les statistiques montrent que leur participation fait réellement la différence dans les domaines des grossesses précoces, de la toxicomanie et de la réussite scolaire.

Un père peut également influencer sa fille dans sa perception de Dieu. Si elle a un père aimant, attentif et actif dans sa vie, elle considérera plus facilement Dieu comme un Père aimant. Mais si son père est trop strict, froid, peu aimant et distant, elle peut aussi voir Dieu ainsi. Il est difficile de voir Dieu comme un père aimant quand on ne sait pas ce qu’est un père aimant.

Selon Meg Meeker, dans « Soyez forts pour vos filles », le père est l’homme le plus important dans la vie d’une fille. Elle s’adresse aux pères en leur expliquant comment ils influencent leur fille : « À vingt-cinq ans, elle comparera mentalement son petit ami ou son mari à vous. À trente-cinq ans, le nombre d’enfants qu’elle aura sera influencé par sa vie avec vous. Les vêtements qu’elle portera refléteront quelque chose de vous. Même lorsqu’elle aura soixante-quinze ans, la façon dont elle envisagera son avenir dépendra d’un souvenir lointain du temps que vous avez passé ensemble. Qu’ils soient bons ou douloureux, les heures et les années que vous avez passées, ou pas, avec elle changent ce qu’elle est. » Il y aura d’autres hommes importants dans la vie d’une jeune fille, mais l’influence de son père durera toute sa vie.

Dieu est un père

Malheureusement, toutes les filles ne grandissent pas dans un foyer avec un père. Certains, bien que présents au foyer, sont loin d’être idéaux.

De nombreuses filles peuvent se sentir désavantagées, déprimées et en colère parce qu’elles n’ont pas ou n’ont jamais pu bénéficier de l’influence et des conseils d’un père aimant dans leur vie. Si vous vous sentez ainsi, laissez Dieu être votre Père.

Dieu est un père pour nous tous, mais Il réserve une place spéciale dans son cœur pour les orphelins. Psaumes 68:6 Psaumes 68:6(68:7) Dieu donne une famille à ceux qui étaient abandonnés, Il délivre les captifs et les rend heureux; Les rebelles seuls habitent des lieux arides.
Louis Segond×
nous dit : « Le père des orphelins, le défenseur des veuves, C’est Dieu dans sa demeure sainte. »

Si vous vous attachez à Dieu, Il sera votre Père. Il sera le guide moral de votre vie, votre soutien et votre protecteur. Il vous écoutera et vous aidera dans les moments difficiles. Il se soucie de vous et comprend ce que vous traversez. Tendez-Lui la main !

Si vous êtes un père et que vous avez l’énorme responsabilité d’élever une fille, soyez cette force d’influence masculine positive nécessaire à sa vie. Aimez-la, guidez-la, protégez-la, soyez là pour elle. Soyez le genre d’homme que vous espérez qu’elle épousera un jour. Votre relation avec elle a des effets d’une grande portée. Aidez-la à devenir la femme remarquable qu’elle est destinée à être !