Les auteurs bibliques : hommes de Dieu et de science

Vous êtes ici

Les auteurs bibliques

hommes de Dieu et de science

Salomon, roi d’Israël, était un homme aux connaissances remarquables. La Bible dit de lui qu’il montrait beaucoup d’intérêt et de compréhension pour des disciplines d’ordre scientifique. Salomon comprenait le mouvement des vents dominants qui parcourent la Terre, ainsi que le cycle hydrologique qui apporte la pluie (Ecclésiaste 1:6-7 Ecclésiaste 1:6-7 [6] Le vent se dirige vers le midi, tourne vers le nord; puis il tourne encore, et reprend les mêmes circuits. [7] Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n'est point remplie; ils continuent à aller vers le lieu où ils se dirigent.
Louis Segond×
). Il était horticulteur, créant un vaste assortiment de vignes, de jardins et de vergers (Ecclésiaste 2:4-5 Ecclésiaste 2:4-5 [4] J'exécutai de grands ouvrages: je me bâtis des maisons; je me plantai des vignes; [5] je me fis des jardins et des vergers, et j'y plantai des arbres à fruit de toute espèce;
Louis Segond×
).

Il était une sorte de botaniste et de zoologiste, ayant des connaissances sur les plantes, les animaux, les oiseaux, les insectes et les poissons (1 Rois 4:33 1 Rois 4:33Il a parlé sur les arbres, depuis le cèdre du Liban jusqu'à l'hysope qui sort de la muraille; il a aussi parlé sur les animaux, sur les oiseaux, sur les reptiles et sur les poissons.
Louis Segond×
). Il étudiait la psychologie, la sociologie, et les relations humaines, comme le démontre le contenu du livre des Proverbes.

Mais Salomon finit par se rendre compte que toute cette connaissance scientifique et matérialiste ne lui apportait pas de satisfaction. Sa vie devenait vide de sens et ne le satisfaisait plus. Le fait de ne s’en tenir qu’à des connaissances scientifiques, sans pour autant accorder à la connaissance et à la compréhension des choses spirituelles de Dieu l’attention qui conviendrait, faisait que sa vie devenait vide de sens (Ecclésiaste 1:16-18 Ecclésiaste 1:16-18 [16] J'ai dit en mon coeur: Voici, j'ai grandi et surpassé en sagesse tous ceux qui ont dominé avant moi sur Jérusalem, et mon coeur a vu beaucoup de sagesse et de science. [17] J'ai appliqué mon coeur à connaître la sagesse, et à connaître la sottise et la folie; j'ai compris que cela aussi c'est la poursuite du vent. [18] Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de chagrin, et celui qui augmente sa science augmente sa douleur.
Louis Segond×
). Il en vint à conclure, après un examen rétrospectif approfondi, qu’un homme doit accorder la priorité à la connaissance de Dieu : « Écoutons la fin du discours: Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit faire tout homme. » (Ecclésiaste 12:15 Ecclésiaste 12:15
Louis Segond×
).

Moïse est un autre exemple d’un homme instruit dans les sciences physiques, mais bénit par une bonne compréhension spirituelle. Moïse était instruit « dans toute la sagesse des Égyptiens. » (Actes 7:22 Actes 7:22Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en oeuvres.
Louis Segond×
) Étant guidé par Dieu, il pouvait faire la distinction entre le bien et le mal, et il n’y a pas de doute que son éducation antérieure lui fut d’un grand secours durant sa vie, après que Dieu l’eut appelé pour délivrer ses frères israélites de leur esclavage en Égypte, et pour gouverner une nation.

D’autres hommes de Dieu furent instruits selon les connaissances intellectuelles de leur époque. Le prophète Daniel était un brillant étudiant qui reçut sa formation à l’Académie royale des Babyloniens (Daniel 1:4 Daniel 1:4de jeunes garçons sans défaut corporel, beaux de figure, doués de sagesse, d'intelligence et d'instruction, capables de servir dans le palais du roi, et à qui l'on enseignerait les lettres et la langue des Chaldéens.
Louis Segond×
). L’Empire babylonien de l’époque de Daniel dominait le monde et était en avance sur le plan scientifique, particulièrement en astronomie.

Apparemment, Daniel ne voyait pas de conflit entre les vérités scientifiques découvertes par les Babyloniens et la connaissance de Dieu à laquelle il adhérait depuis sa jeunesse. De fait, il prospérait en sa qualité de fonctionnaire de haut rang, étant au service des chefs des empires babyloniens et médo-perse. L’instruction que Daniel avait reçue ne diminuait en rien la foi qu’il avait en Dieu. Il savait que la parole de Dieu était vraie et inviolable et ne voyait aucun conflit entre la connaissance scientifique et les Écritures.

Il nous faut étudier les Écritures pour recevoir la vie éternelle (Jean 5:39 Jean 5:39Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi.
Louis Segond×
). Cependant, selon que le temps et l’intérêt le permettront, nous devrions aussi nous familiariser avec les sciences physiques. En le faisant, nous pourrons davantage apprécier le monde que notre Créateur a fait, nous le connaîtrons mieux et notre foi en Lui s’en trouvera renforcée.

L’apôtre Paul comprenait que l’homme peut apprendre beaucoup de choses à propos de son Créateur en contemplant Sa création : « Depuis la création du monde, sa nature invisible, sa puissance éternelle et son caractère divin ont été clairement perceptibles à travers ce qu’il a fait. Donc, ils n’ont aucune excuse. » (Goodspeed’s American Translation) Le Wall Street Journal l’exprime ainsi : « Si un peu de science nous éloigne de Dieu, beaucoup de science nous ramène à lui. » (10 octobre 1994)