« Église » et « Assemblée » dans les Écritures

Vous êtes ici

« Église » et « Assemblée » dans les Écritures

La relation entre l’Église du Nouveau Testament (en grec ekklesia) et celle de l’assemblée d’Israël dans l’Ancien Testament est plus compréhensible si l’on connait les différentes interprétations des deux mots hébreux traduits par « assemblée » : ’edah et qahal.

Le Holman Bible Dictionary, dans son article intitulé « Assemblée », explique que ces mots hébreux avaient des sens différents à l’époque du Christ et des apôtres : « Dans l’Ancien Testament grec [la Septante], ’edah était habituellement traduit en grec par sunagoge, et qahal par ekklesia. Dans le judaïsme contemporain, sunagoge [dont découle le mot synagogue] dépeint le peuple israélite actuel, et le mot ekklesia représente les élus de Dieu appelés au salut. Ainsi le mot grec ekklesia est devenu le terme employé pour définir une assemblée de chrétiens, l’église. . . . Il y a une continuité spirituelle directe entre l’assemblée de l’Ancien Testament et l’Église du Nouveau Testament. Il est significatif que la communauté chrétienne ait choisi le terme de l’Ancien Testament pour définir le peuple de Dieu appelé au salut (ekklesia), plutôt que le terme qui décrit l’ensemble des Israélites (sunagoge). »

Cela explique pourquoi, dans le Nouveau Testament, le mot pour l’Église, ekklesia, se réfère uniquement à ces personnes, juives et païennes, qui sont appelées par Dieu, afin de recevoir le salut en Jésus-Christ. Par conséquent, l’Église de Dieu, terme le plus généralement appliqué aux peuple de Dieu dans les traductions du Nouveau Testament, est le corps formé de ces personnes qui ont un statut spécial aux yeux de Dieu, parce qu’elles obéissent à Sa Parole et qu’elles acceptent Son Fils, Jésus Christ, comme étant le Messie.