Colossiens 2:16 révèle que les chrétiens non-Israélites observaient les jours saints

Vous êtes ici

Colossiens 2:16 révèle que les chrétiens non-Israélites observaient les jours saints

Colossiens 2:16-17 Colossiens 2:16-17 [16] Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats: [17] c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.
Louis Segond×
: « Que personne donc ne vous juge en ce qui concerne le manger ou le boire, ou à propos d'un de fête ou de nouvelle lune, ou de sabbats, qui sont une ombre des choses à venir » a écrit l'Apôtre Paul dans (version Darby). Ce passage de l'Écriture est souvent mal compris. Que signifie-t-il ?

Paul eut à combattre une hérésie locale. De faux docteurs avaient introduit dans l'Église leur propre philosophie religieuse qui était un mélange de concepts juifs et païens. Leurs faux enseignements étaient issus de « traditions des hommes » et des « principes élémentaires du monde », et non de la Parole de Dieu (la Bible). Paul avertit les chrétiens de Colosses : « Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires du monde, et non sur Christ » (Colossiens 2:8 Colossiens 2:8Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.
Louis Segond×
).

Ces faux docteurs répandaient en outre leurs propres règles et leurs idées personnelles relatives à la conduite chrétienne à adopter (Colossiens 2:20-22 Colossiens 2:20-22 [20] Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes: [21] Ne prends pas! ne goûte pas! ne touche pas! [22] préceptes qui tous deviennent pernicieux par l'abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes?
Louis Segond×
). L'avertissement de Paul aux Colossiens indique fortement que ces hérétiques étaient des avant-coureurs d'une hérésie colossale qui allait être connue sous le nom de gnosticisme — croyance selon laquelle une connaissance secrète (gnôsis et le mot grec pour connaissance, d'où le terme gnosticisme) peut améliorer sa religion. Les gnostiques prétendaient être si spirituels qu'ils dédaignaient presque tout ce qui était physique, l'estimant méprisable.

Les faux docteurs, à Colosses, rejetaient le physique, le matériel — les choses périssables qu'on pouvait prendre, manger ou toucher (Colossiens 2:21-22 Colossiens 2:21-22 [21] Ne prends pas! ne goûte pas! ne touche pas! [22] préceptes qui tous deviennent pernicieux par l'abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes?
Louis Segond×
) — surtout dans le contexte religieux, cultuel. Leur philosophie encourageait la négligence des besoins physiques du corps au profit d'une initiation à une plus grande « spiritualité ». Néanmoins, cette religion de leur cru, qu' ils s'imposaient, n'accomplissait rien quand il s'agissait de lutter contre leur nature humaine. Pour reprendre les paroles de Paul : « Mais cela est sans valeur réelle et ne sert qu'à satisfaire la chair » (Colossiens 2:23 Colossiens 2:23Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu'ils indiquent un culte volontaire, de l'humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair.
Louis Segond×
).

Les chrétiens de Colosses obéissaient à Dieu. Ils observaient Son sabbat et Ses fêtes et ils s'en réjouissaient selon les instructions bibliques (Deutéronome 16:10-11 Deutéronome 16:10-11 [10] Puis tu célébreras la fête des semaines, et tu feras des offrandes volontaires, selon les bénédictions que l'Éternel, ton Dieu, t'aura accordées. [11] Tu te réjouiras devant l'Éternel, ton Dieu, dans le lieu que l'Éternel, ton Dieu, choisira pour y faire résider son nom, toi, ton fils et ta fille, ton serviteur et ta servante, le Lévite qui sera dans tes portes, et l'étranger, l'orphelin et la veuve qui seront au milieu de toi.
Louis Segond×
; Deutéronome 16:13-14 Deutéronome 16:13-14 [13] Tu célébreras la fête des tabernacles pendant sept jours, quand tu recueilleras le produit de ton aire et de ton pressoir. [14] Tu te réjouiras à cette fête, toi, ton fils et ta fille, ton serviteur et ta servante, et le Lévite, l'étranger, l'orphelin et la veuve qui seront dans tes portes.
Louis Segond×
).

Ces hérétiques condamnaient les chrétiens de Colosses à propos de leur manière d'observer les fêtes. Notez que ce n'était pas aux jours eux-mêmes qu'ils s'en prenaient. C'était le plaisir physique associé à ces jours — la réjouissance et les repas de fête — qui était le sujet des objections de ces pédagogues trompeurs.

D'où l'exhortation de Paul : « Que personne donc ne vous juge en ce qui concerne le manger ou le boire, ou à propos [grec : meros, qui veut dire une partie ou concernant n'importe quel aspect de] de fête ou de nouvelle lune, ou de sabbats » (Colossiens 2:16 Colossiens 2:16Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats:
Louis Segond×
).

Paul disait aux Colossiens d'ignorer les jugements et les critiques de ces hérétiques concernant leur joie dans les repas de fête, l'aspect physique dans les réjouissances lors de fêtes divines.

Au lieu de témoigner une indifférence aux jours désignés comme saints par Dieu, ces commentaires de Paul confirment que les chrétiens de Colosses — qui étaient principalement d'origine non israélite (Colossiens 2:13 Colossiens 2:13Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
Louis Segond×
) — observaient le sabbat hebdomadaire et les jours saints plus de trente ans après la mort et la résurrection de notre Seigneur.

S'ils n'observaient pas ces jours, les hérétiques en question n'auraient pas eu la moindre raison de les critiquer à propos de leurs repas de fêtes lors des sabbats et des fêtes annuelles.