Actualités & Tendances Internationales : : La famine guette la Terre

Vous êtes ici

Actualités & Tendances Internationales :

La famine guette la Terre

De temps à autre, des experts de différents domaines et disciplines émettent une mise en garde urgente contre de prochaines famines. En fait, la faim demeure une réalité troublante de la vie sur plus d’un continent de notre planète. Or, le grand public considère souvent les problèmes d’une telle gravité comme étant moins importants que les derniers résultats sportifs ou les nouvelles vite oubliées des journaux de la veille.

Trop peu de personnes se penchent sérieusement sur les problèmes de l’approvisionnement alimentaire mondial, les coûts qui montent en flèche et la capacité de relever les défis de la croissance rapide de notre population mondiale – à moins que ces difficultés ne les touchent personnellement.

Cependant, les faits semblent indiquer que nous sommes effectivement à la veille d’une famine mondiale. Elle n’est pas encore là, mais des signes très inquiétants nous disent que sa venue pourrait être inévitable.

Trop peu de personnes se penchent sérieusement sur les problèmes de l’approvisionnement alimentaire mondial, les coûts qui montent en flèche et la capacité de relever les défis de la croissance rapide de notre population mondiale

Selon la revue Time, « dans le cadre d’une nouvelle étude, Oxfam, l’organisme de coopération internationale basé à Londres, a déclaré que «la communauté internationale est somnambule» en se dirigeant droit vers une catastrophe humanitaire, alors que les prix à la hausse des aliments menacent de causer une multitude de crises démographiques et sociales. Selon le rapport Growing a Better Future, d’ici 2030, les prix des produits alimentaires de base pourraient augmenter de 120 à 180 % par rapport aux prix actuels, en partie en raison des changements climatiques, mais également à cause d’une mauvaise distribution et d’une spéculation débridée dans les marchés de produits de base. » (World Faces Epic Food Crisis, 13 juin 2011)

La revue Foreign Policy a consacré presque la totalité de son numéro de mai-juin à cette planète affamée. Susan Glasser, la rédactrice en chef, a écrit ceci sur l’article-vedette : « “The New Geopolitics of Food” décrit un avenir alimentaire défini par la rareté, dans lequel un monde plein à craquer de 9 milliards d’habitants fait face à des dangers d’appropriation des terres et de bouleversements politiques. » Elle rappelle « les 219 000 personnes supplémentaires que le monde doit nourrir chaque soir à la table mondiale » et « les quantités massives de céréales que les États- Unis et d’autres pays transforment actuellement en carburant [éthanol] pour satisfaire notre dépendance énergétique. » (lettre de la rédaction) Elle fait également remarquer que des projections annoncent qu’une hausse de la production alimentaire de 70 % sera nécessaire d’ici 2050.

Des soi-disant experts ne cessent de suggérer des solutions aux dilemmes mondiaux. Des gouvernements tentent de résoudre ces dilemmes et finissent par empirer les choses. Malheureusement, personne ne semble se demander ce que notre Créateur a à dire à ce sujet. La Bible est habituellement le dernier port d’escale, si seulement on s’y rend, alors que nous cherchons en vain à comprendre et à résoudre les immenses défis que nous devons relever.

En parlant de l’époque précédant immédiatement Son retour, Jésus-Christ a déclaré clairement : « Il y aura des famines. » (Matthieu 24:7 Matthieu 24:7Une nation s'élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre.
Louis Segond×
) Certes, nous avons connu diverses famines dans différentes régions de la planète au cours des deux derniers millénaires. Et plus d’une famine a frappé Jérusalem avant la fin du premier siècle.

Mais dans l’Ancien Testament, le chapitre 26 du Lévitique et le chapitre 28 du Deutéronome (les chapitres des bénédictions et malédictions des Écritures Saintes), on prédit que de graves famines affligeront les descendants des 12 tribus d’Israël dans les temps modernes.

De plus, le troisième des quatre infâmes « cavaliers de l’Apocalypse » représente le grand-père de toutes les famines (Apocalypse 6:5-6 Apocalypse 6:5-6 [5] Quand il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième être vivant qui disait: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance dans sa main. [6] Et j'entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait: Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier; mais ne fais point de mal à l'huile et au vin.
Louis Segond×
). La dernière famine qui affligera la Terre surviendra à la fin des temps. Nous pourrions très bientôt en voir les débuts, à moins que la science ne trouve très rapidement une solution « miracle » moderne pour augmenter la production d’aliments, comme elle l’a fait avec la « révolution verte » de la seconde moitié du siècle dernier. La famine fait partie intégrante du portrait des temps de la fin, alors que les conditions deviendront si déplorables que sans l’intervention du Christ pour mettre fin aux événements de ces jours à venir, toute vie humaine disparaîtrait de la Terre (Matthieu 24:21-22 Matthieu 24:21-22 [21] Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais. [22] Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.
Louis Segond×
).

L’approvisionnement alimentaire ne constitue pas un problème pour Jésus-Christ. Plus d’une fois, Il a multiplié miraculeusement quelques pains et poissons en une abondance d’aliments suffisante pour nourrir des milliers de personnes, avec de généreux surplus. Dieu a miraculeusement nourri le prophète Élie pendant une grave famine qui sévissait dans l’ancien Israël. Le problème fondamental, c’est plutôt notre comportement amoral. Lorsque nous accordons la priorité à Dieu dans notre vie, Il prend soin de nos besoins matériels. (Mathieu 6:33)